• Hey salut!! 

    Bon alors vous avez dut remarqués que je ne suis pas trop sur l'ordi en ce moment et j'ai pas trop envie d'écrire, disons que la reprise des cours me crève, chaque soir vers 18h je dors presque debout x)) 

    Bref, le tome 3 est bientôt finis il reste quoi, 4 chapitres à tout caser mais j'ai pas encore finir de l'écrire, je viens à peine de commencer le chapitre 13 donc ça va être dur x) Donc en gros j'ai du retard et donc voilà le nouveau rythme :

    Le chapitre 12 paraîtra le 14 octobre et le chapitre 13 (si je l'ai finis, enfin je ferai en sorte de l'avoir finis ) le 28 octobre :D

    Si jamais j'ai finis le 13 avant le 21 octobre ben je le posterais ce jour là :D 

    Walà x))

     


    4 commentaires
  •  

    Fleur de Nuit ouvrit les yeux. Une fois habituée à l’obscurité, la femelle se leva doucement. Elle ne voulait pas réveiller ses chatons. Elle avait décidée de partir. De les laisser derrière elle. Le cœur lourd elle regarda une toute dernière fois ses petits. Elle se pencha pour humer une dernière fois leurs odeurs. Elle lécha le front de Gribouille pour celui de Racaille mais lorsqu’elle se pencha vers Lilas celle-ci ouvrit les yeux.

    << Maman ? Tu dors pas ? miaula-t-elle en découvrant de petites dents pointus.

    - Non mon cœur, je vais faire un tour, je… je reviens. >>

    Fleur de Nuit se pencha et lécha le haut du crâne de sa fille qui se recoucha en ronronnant. La femelle noire ravala un sanglot. Elle s’éloigna de quelques pas, se retourna pour contempler une toute dernière fois ses chatons. Quel déchirement ! Elle courut presque dans le nid. Elle atteint enfin le bout du nid d’où elle pouvait sortir. Elle poussa du museau la chatière avant de bondir au travers. Elle traversa le jardin à toute hâte, ne voulant pas rester trop longtemps de peur de changer d’avis. Au moment de sauter par-dessus le muret, elle sentit une odeur futile et amère. Elle se retourna et vit une plante  aux feuilles velues. La guérisseuse s’approcha et vit alors de petites étoiles sur les feuilles.

    << C’est de l’épiaire laineuse. Une plante très rare qui redonne des forces. >> fit une voix douce et familière.

    Fleur de Nuit se retourna et vit Fleur Douce qui la contemplait du haut du muret. L’ancienne bondit dans l’herbe rase.

    << Tu as fait le bon choix, ma chère.  >> miaula-t-elle avant de disparaître soudainement.

    Fleur de Nuit soupira et cueillie quelques feuilles douces et velues. Elle en avala une. Elle grimaça, la plante avait un goût infect.  Elle prit le reste et bondit sur le muret. Elle lança un dernier regard en arrière avant de sauter de l’autre côté du muret.

    A l’instant même où elle posa la plante au sol, une plainte douloureuse résonna en tout son être. Adieu, mes chers chatons. Je suis désolée. Soupira-t-elle à l’intérieur en s’avançant  à travers la multitudes de jardins de Sans-Queue. Par  où se trouve la forêt ? Elle renifla l’air et sentit une forte odeur de pluie. Un orage approche. Elle leva les yeux vers le ciel qui s’emplissait de nuages sombres. Un vol de choucas la survola. Fleur de Nuit les suivit du regard pour voir vers où ils se dirigeaient. Par là ! Ces oiseaux se rendent à leurs nids ! Prise d’une bouchée de fierté, la guérisseuse pris la direction indiquée.

    Tout le long du chemin hors de la ville, une seule et unique pensée tourmentait Fleur de Nuit… Avait-t-elle fait le bon choix ? Elle avait abandonné ses chatons car une vieille chatte lui avait dit qu’ils étaient spéciaux ! Oui ils étaient spéciaux, spéciaux à mon cœur. C’étaient mes chatons et j’ai tout gâchée… soupira la femelle. J’aurais dût les ramener à la forêt lorsqu’il était encore temps. Je suis restée que pour moi, mes petits auraient pût rentrer bien avant, mais je me plaisais loin de la forêt. La vie était simple et douce. J’aurais dût rentrer et élever mes petits avec Plume Sombre, ils seraient devenus de grands félins, un d’entre eux auraient même put être mon apprenti ! Mais j’ai choisis d’être lâche et égoïste. Je suis désolée mes pauvres chatons, tellement désolée. Au moins vous n’aurez pas à subir l’horreur qu’est la guerre et vous serrez en sécurité, mais ce n’est pas une excuse.

     

    La guérisseuse atteignit enfin la forêt. Le vent c’était levé et tordait étrangement les branches des arbres. Fleur de Nuit  en avait assez, elle voulait rentrer au plus vite, se peloter contre Plume Sombre et dormir. Ses pattes étaient endolories. Elle se tenait près de l’entrée du territoire de la Tribu de l’Eclair. Si elle voulait rejoindre son territoire, il fallait encore qu’elle marche un moment le long de la frontière avant de pénétrer dans les terres. Alors que si elle coupait à travers le territoire ennemi, elle irait plus vite. Epuisée et perdue, la jeune chatte n’hésita pas longtemps. Elle franchie la frontière d’un bond et continua nonchalamment sa route.

    Elle n’était plus loin de son territoire quand un cri de guerre retentit et un félin au pelage fauve tigré surgit des fourrés  et la plaqua au sol. La guérisseuse poussa un cri strident et battit des pattes tel un chaton sans défense. D’autres félins sortirent des fourrés, parmi eux un félin noir et roux et une femelle que Fleur de Nuit connaissait bien, Plume Dorée. Le matou orangé montra les crocs en grognant.

    - Qui es-tu ?

    - Je suis Fleur de Nuit.

    -  Fleur de Nuit ? >> s’étonna-t-il en la reconnaissant. Il s’écarta la laissant se relever. << Que fait tu ici ? Tout le monde te croyait morte ? >>

    La chatte noire toisa Plume Dorée d’un œil mauvais. Elle fit face au félin au pelage fauve et répondit d’une voix où pointait l’impatience.

    << Je rentre chez moi. Et le reste ne te regarde pas.

    - Très bien. Rejoins donc ton territoire, tes camarades t’attendent. >> miaula courtoisement le mâle en s’inclinant poliment.

    Fleur de Nuit repartie la queue haute. Elle savait qu’ils l’observaient toujours, guettant un retour en territoire ennemi. Avant de disparaître dans les buissons, la guérisseuse se retourna et croisa le regard de Plume Dorée, elle montra les crocs et s’évanouie dans la nature.

    Elle approchait du camp quand elle sentit une odeur fraîche et familière sur une fronde de fougère. Cœur de Glace !  Elle suivit la piste, le museau coulé au sol. Soudain, un cri menacant retentit derrière elle.

    << Qui es-tu ? gronda une voix un peu plus familière.

    - Plume Sombre ! >> se réjouie la chatte noire.

    Le matou surgit d’un buisson de houx et se plaça devant elle, suivit de deux autres félins, Cœur de Glace ainsi que Patte Noire qui avait beaucoup grandie.

    << Comment connais-tu mon nom ? l’interrogea le chat gris tigré, visiblement surpris et curieux.

    - Plume Sombre c’est moi, Fleur de Nuit ! miaula la chatte, tandis qu’une griffe étrange lui lacérait le cœur de l’intérieur.

    - Fleur de Nuit est morte ! feula Plume Sombre la fourrure hérissée.

    - Tu parles ! Elle nous a plutôt abandonnée et est partie vivre avec ces idiots de chatons ! >> cracha Cœur de Glace, moqueuse.

    Plume Sombre bondit sur sa camarade. Il tenait sa patte sur la gorge de la guerrière grise et blanche. Leur camarde de patrouille poussa un cri mais ne bougea pas.

    << Fleur de Nuit n’était pas une lâche. Et mes chatons ne sont pas des idiots ! >>  feula-t-il son museau contre celui de la chatte.

    Il la relâcha et fit de nouveau face à la femelle noire, tandis que Coeur de Glace se débarbouillée à coups de langues en pestant à mi-voix.

    << Comment connais-tu l’existence et Fleur de Nuit, et que nous veut tu ? continua le félin.

    - Plume Sombre tu ne me reconnais dont pas ?

    - Comment pourrais-je te reconnaitre, idiote. Tu à une fourrure luxueuse et un ventre bien rond, tu n’es qu’une chatte domestique !

    - C’est vrai les Sans-Queue me retenaient prisonnière mais c’est bien moi. >> Elle s’avança et lécha la joue de son compagnon.

    - Fleur de Nuit ? bégaya-t-il en humant l’air. Où était-tu ? Où sont nos chatons ? >> Elle se frotta à elle en ronronnant. Cœur de Glace lui lança un œil mauvais.

    << Et bien dit donc ! Rentrons donc au camp, les autres vont être ravie de savoir qu’on ramène une chatte domestique ! >> bougonna la femelle gris et blanche en prenant la tête du groupe.

     

    A leur entrée au camp, la clairière était vide, seul une ombre était perchée sur le Gros Rocher et contemplait la clairière vide. Plume Sombre qui n’avait pas quitté Fleur de Nuit d’un pas s’avança vers l’ombre et bondit à ses côtés, ils échangèrent quelques mots tandis que Cœur de Glace restait avec la guérisseuse. Elle se pencha vers la femelle gris foncée.

    << Lune Noire, va avertir Fleur de Papillon que nous avons retrouvé son apprentie. >> En disant le dernier mot elle jeta un œil mauvais à Fleur de Nuit. Celle-ci ne releva pas l’insulte dissimulée, elle était perdue dans ses pensées. Comment allait-elle annoncer à Plume Sombre la perte de leurs chatons ? Avant qu’elle ne puisse y réfléchir, ce dernier revenait escorter par Ciel d’Orage. Le meneur noir semblait aller beaucoup mieux, il avait retrouvé vigueur et force.

    << Fleur de Nuit ? C’est bien toi ? murmura le chef en enfouissant son museau dans le cou de sa fille. Tu m’as tellement manquée. Où était-tu ?

    - Prisonnière chez les Sans-Queue. >>

    Elle s’interrompit, plusieurs félins s’approchaient d’eux, sans doute alertés par les bruits de voix. Fleur de papillon était avec eux. La femelle écaille se précipita vers Fleur de Nuit.

    << Fleur de Nuit ! Où était-tu ?

    - Chez les Sans-Queue. Ils m’ont enlevés et retenues prisonnière. >>

    Plusieurs cris d’indignation fusèrent de toute part.

    << Des San-sQueue ?

    - Prisonnière ?

    - Il t’on maltraitée ? Enfermée dans une boîte ? >>

    D’une ondulation de la queue, Ciel d’Orage leur fit signe de se taire.

    << Raconte-moi, ma chérie. >> miaula le meneur en plaçant sa queue sur ses épaules pour l’entraîner dans son antre.

    La guérisseuse, un peu bouleversée de revoir tant de monde d’un coup. Elle avait la tête qui tournait. Son père tapota du bout de la patte sa litière. La guérisseuse s’y laissa tomber, elle était exténuée. Ciel d’Orage s’assis près d’elle et lui lécha le front. La femelle au pelage noire  émit un léger ronronnement Elle cligna plusieurs fois des yeux pour éviter de s’endormir.  Elle se mit à raconter tout ce qu’il c’était passé, sa capture ses chatons puis sa fuite, enfin avec quelques modifications, elle ne lui parla pas de Fleur Douce ni du fait qu’elle n’avait pas forcément  enfin de revenir.

    << Et donc, dès que j’ai pu je me suis enfuie mais je n’ai pas pu emmener mes chatons. >> conclut-elle enfin.

    Ciel d’Orage se colla à elle et se mit à lui lécher doucement l’oreille en ronronnant. Épuisée et à bout de forces la guérisseuse ferma les yeux et se laissa bercer dans un doux et profond sommeil.


    votre commentaire
  • http://ekladata.com/qhfZdUG-Tg1855jbi4LBdtPdqQ0.png

    By Didychu

    Belle Lune est une chatte noire à poil court. Elle à de jolis yeux jaunes pâles. C'est une guerrière de la Tribu des Ténèbres. Lors de sa première Assemblée, étant apprentie, elle rencontre Plume Dorée et les deux devinrent amies. C'est une guerrière très impatiente et n'ayant pas peur de se battre, ni de dire ce qu'elle pense.

     

    Ses Noms:

    Chaton: Petite Lune

    Apprentie: Belle Patte

    Guerrière: Belle Lune

     

    Famille:

    Mère: Epine de Pin

    Père: Ciel d'Orage

    Frères/Soeurs: Fleur de Nuit

    Frère Adoptif: Plume Sombre

    Compagnon: Croc Gris

    Chatons: Petit Silex/ Petit Roseau

     


    20 commentaires
  •  

    Plume Dorée s’engagea  dans l’antre de la guérisseuse. Fleur de Lilas était occupée à trier les plantes. Tout semblait vide sans Fleur de Cerisier. Avec un pincement au cœur, Plume Dorée se rendit compte qu’elle ne reverrait plus jamais la jeune chatte noire et blanche sortit da sa tanière, des remèdes à la gueule. Elle soupira et alla se placer devant Fleur de Lilas.

    << Je dois te parler. >> miaula-t-elle d’une voix ferme et décidée.

    Pas de réponse. Fleur de Lilas ne réagit même pas. Elle continua à trier de petites baies rouges, les bonnes d’un côté, les pourries de l’autre. Une baie sèche et toute rabougrie roula jusqu’au tas des baies propres mais Fleur de Lilas n’eut aucune réaction. Plume Dorée effleura l’épaule de son ancienne apprentie avec le bout de la queue. Cette dernière releva lentement la tête. Son  regard perdu dans le vide laissait paraître des larmes.

    << Je sais qu’elle te manques, mais il faut vraiment que je te parle. >> continua Plume Dorée d’un miaulement doux et rassurant.

    Fleur de Lilas lui tourna le dos et se dirigea vers la sortie.

    << Fleur de Lilas ! Tu ne peux pas te laisser abattre ! Je sais que tu traverses une passe difficile, mais tu dois laisser ton chagrin de côté, la tribu a besoin de toi, tu es notre unique guérisseuse. >>

    Fleur de Lilas fit volte-face, son visage si perdu et si abattu avait disparu, à la place, on pouvait voir une colère verte et une haine profonde.

    << Je ne suis plus guérisseuse ! Je ne le serais plus jamais ! Je refuse de rester ici ! Fleur de Cerisier était plus qu’un simple mentor pour moi ! C’était mon amie ! C’est grâce à elle que je suis qui je suis, que je suis là.  Sans elle, je serais encore une pauvre chatte domestique inoffensive. Mais, elle avait tort, je ne suis pas faites pour être guérisseuse. Ni même guerrière. Si cela signifie perdre ceux que nous aimons, non merci ! Je me retire de mes fonctions, je part. >> Elle fit demi-tour et commença à s’éloigner. Plume Dorée se précipita à sa suite.

    << Attends ! Tu ne peux pas faire ça ! Pense à Pelage de Terre et tes chatons ! Que vont-ils devenirs sans toi ? Et la tribu ? Ils ont besoin d’une guérisseuse !

    - Ils n’ont pas besoin de moi. Fit tristement l’ancienne chatte domestique.

    - Si, bien sûr que si. >> Murmura doucement Plume Dorée en lui léchant l’oreille.

    Fleur de Lilas rebroussa chemin et retourna dans son antre sans un mot. Plume Dorée la suivit.

    En rentrant, elle trouva son ancienne apprentie  affalée au pied du noisetier. 

    << Qu’es ce que tu voulais me dire ? >>

    Plume Dorée s’assis.  Voilà le moment qu’elle attendait tout en le redoutant. Oui, elle voulait parler de ses rêves à Fleur de Lilas mais, elle avait peur. Peur d’avouer qu’elle était une élue, qu’elle était spéciale. Elle prit une grande inspiration, tremblante.

    << Je dois te faire un aveux. Je… Je fais des rêves. >> Elle se tut, guettant la réaction de la jeune chatte.

    Fleur de Lilas la fixa, incrédule.

    << Tout le monde fait des rêves ! >> répondit-elle nonchalamment.

    La guerrière prit une grande inspiration.

    < Non, je veux dire, je rêve de la Tribu des Cieux. >> L’ancienne chatte domestique remua les oreilles, son attention piquée au vif. Elle ne dit rien, encourageant son ancien mentor à poursuivre d’une ondulation de la queue.

    << Un peu avant ton arrivée ici, Ciel de Lave, le meneur de la tribu avant Ciel Gris, m’est apparu en rêve et m’a dévoilée une prophétie. Elle te concernait. >> La guérisseuse ouvrit de grands yeux, surprise. << Il m’a aussi dit que j’étais « l’élue ». J’ai cru que c’était moi le chat de la prophétie, mais non. A vrai dire, une autre prophétie – que j’ignore totalement – me concerne. >> Elle fit une grande pause, soupira et reprit. << Je n’ai rien dit, parce que je pensais que si j’en parlais, ce serais trop réel. Seule Fleur de Cerisier savait, du moins pour la première prophétie. >>

    Sa gorge se serra lorsqu’elle continua. << Un peu avant la mort de Croc Fauve, je faisais d’étranges rêves durant lesquels je le voyais s’éloigner de moi sans un regard en arrière.  Je n’ai compris la signification de ce rêve que trop tard. Et je ne veux pas refaire la même erreur aujourd’hui. J’ai vu Fleur de Cerisier en rêve cette nuit. >>

    Fleur de Lilas étouffa un cri de surprise. Elle se redressa, les oreilles frétillantes. Plume Dorée lui raconta son rêve sans oublier aucun détail. A la fin de son récit, elle enroula la queue autour de ses pattes avants, guettant avec intérêt la réaction de son ancienne apprentie.

    << Ce… Ce n’est pas possible ! Fleur de Cerisier à était tuée par un membre de la Tribu des Ténèbres ! J’étais persuadée que c’était ces félins galeux venus des clans ! >> Elle se leva soudain, furibond, la fourrure toute hérissée, les yeux jetant des éclairs.  << Je vais lui faire payer ! Cet Œil Noir ne mérite que la mort ! >> Elle se dirigea d’un pas décidé et furibond vers la sortie. Plume Dorée la rattrapa d’un bond et se plaça entre elle et la sortir.

    << Attends ! Tu ne peux pas aller comme ça dans leur camp et attaquer un guerrier ! tenta-t-elle de la raisonner.

    - Ah oui ? On va voir ! >> feula la guérisseuse furieuse en avançant d’un  pas menaçant. Plume Dorée ne broncha pas.

    << Non. Je ne te laisserais pas sortir d’ici, tant que tu voudras te venger.

    - Tu comptes me retenir prisonnière alors ? Et bien tu risques d’attendre longtemps ! >> grogna Fleur de Lilas.

    Plume Dorée fut saisie d’un frisson d’horreur. Jamais elle n’avait vu Fleur de Lilas comme ça. Pourtant, elle ne pouvait pas la laisser y aller et se détruire.

    << Si tu le tue, tu ne vaudras pas mieux que lui. >> reprit-elle d’une voix ferme.

    Fleur de Lilas sembla hésiter un instant. Elle pencha la tête sur le côté comme pour réfléchir. << Et bien qu’il en soit ainsi ! >>  miaula-t-elle soudainement en avançant encore pour passer. Plume Dorée lui barra la route encore une fois.

    << Je ne te laisserais pas faire ça !

    - Tu n’as pas vraiment le choix ! >> rugit la jeune chatte en se ruant sur elle.

    Elle la bouscula et continua d’avancer. Plume Dorée bondit et planta sur griffes dans l’arrière-train de l’ancienne chatte domestique pour  la tirer vers elle. La chatte écaille se débattit mais Plume Dorée la plaqua au sol. Elle se tenait à présent tout contre le museau de la chatte, à un souffle d’elle.

    << Ecoute-moi bien ! Si tu fais cela tu seras bannie de la tribu, tes chatons grandiront dans la honte d’avoir une meurtrière comme mère ! La tribu se retrouverait sans guérisseuse, faible et vulnérable. Tu retourneras à ta vie simple et morne de chatte domestique ! Ou alors tu vivras comme un chat errant ! C’est ce que tu veux ? >> feula Plume Dorée, peu patiente.

    La femelle écaille se redressa. << Tout ce que je veux, c’est rendre justice !

    - Il y a un autre moyen !

    Fleur de Lilas se détendit et relâcha ses muscles. Elle soupira.

    << Comment ? miaula-t-elle, peu convaincue.

    - On peut discuter tranquillement ? >> Elle l’entraîna au fond de l’antre où elle lui expliqua en détail son plan.

     

    Fleur de Lilas entra dans l’antre de Ciel de Rêves d’un pas décidé. Plume Dorée l’avait convaincue de dire à Ciel de Rêves qu’elle avait rêvée de la mort de Fleur de Cerisier et d’aller voir Ciel de Brouillard pour en parler. Fort heureusement, Fleur de Lilas avait oublié ses idées de meurtres stupides.

    Plume Dorée alla se prendre un jeune pigeon sur le tas de gibier et se mit à le déguster. Elle avala goulûment chaque bouchée, le gibier se faisait de plus en plus rare et la réserve diminuait chaque jour.  L’attente fut longue, mais enfin,  la guérisseuse sortie de l’antre du chef, accompagnée de ce dernier. Aussitôt, le chef bondit sur la Surélévation.

    << Rassemblez-vous pour une assemblée de la Tribu ! >>

    Tandis que la tribu se rassemblait, Plume Dorée jeta un œil à Fleur de Lilas. Une lueur de panique brillait dans le regard de la femelle écaille, la guerrière dorée la rassura d’un petit signe de tête encourageant.

    << Fleur de Cerisier a été tuée. >> commença le meneur sans préambule.

    Des cris indignés s’élevèrent de l’assistance. Aile de Chouette, une reine un peu grognarde, fendit la foule et éleva la voix.

    << Qu’es ce qui nous le prouve ? Qui la tuée ?

    - Fleur de Lilas à fait un rêve. >> Il inclina les oreilles vers la guérisseuse et l’invita à monter sur la Surélévation d’une ondulation de la queue. Cette dernière obtempéra. Elle raconta tout. Une fois qu’elle eut finis, chacun parlait à voix basse avec son voisin.

    << Silence ! feula Ciel de Rêves. Nous ne sommes sur de rien. Une patrouille ira voir Ciel de Brouillard. Tigre Blanc, Cœur de Lapin, Aile de Chouette et…. >> Il scruta les félins rassemblés à la recherche de quelqu’un d’autre.

    << J’aimerais y aller ! >> intervient Plume Dorée. Après tout ce qu’elle avait fait, elle voulait y aller pour voir comment cela se finissait.

    Le meneur  acquiesça. Les félins choisis se rassemblèrent près de l’entrée du camp. Ciel de Rêves bondit à leur rencontre. Sans parler, le jeune meneur leur fit signe de le suivre. La patrouille se mit en route. Plume Dorée bouillonnait de rage. Œil Noir avait tué une de ses amies. Il allait payer !

     


    votre commentaire
  •  

    Plume Dorée filait comme le vent aux côtés de ses camardes. La rage battait ses tempes.  Ils arrivèrent enfin à la frontière. D’un bond, les félins franchirent la frontière. Ils ralentirent aussitôt. Ciel de Rêves renifla le marquage de la frontière.

    << Une patrouille vient de passer. Nous allons la suivre jusqu’à leur camp. >> miaula-t-il. Tigre Blanc rejoignit le meneur sur la frontière et s’élança dans la forêt. Les autres le suivirent.

    Après un moment, de marche, l’odeur de félins se fit plus forte. Plume Dorée qui fermait la marche, eut une drôle de sensation, comme si on l’épiait. Presque aussitôt, une masse lui tomba sur le dos. D’autres cris et feulements lui indiquèrent que ses camarades étaient aussi attaqués. Elle se contorsionna pour mordre son assaillant. C’était un félin gris et crème. Ses yeux jaunes pâles brillaient de détermination et de rage. Il la mordit à l’épaule. La guerrière dorée cracha et s’agrippa à la fourrure du gros matou. Elle parvient à rouler sur le côté et à se dresser au dessus de son agresseur. A l’instant où elle allait plonger ses crocs dans la gorge du félin, un cri retentit :

    << Arrêtez-vous ! >>                                                                                  

    Tout les chats se séparèrent. C’était Ciel de Rêves qui avait parlé. Il maintenait une femelle grise sombre au sol, une patte sur sa gorge. Le matou qui avait agressé Plume Dorée se leva et s’approcha du meneur.

    << Ciel de Rêves que fait tu  sur notre territoire ? Tu n’as donc pas plus de respect des frontières que ton prédécesseur ?

    - Je suis venu parler à votre chef, je respecte les frontières, tout comme Ciel Gris avant moi ! >> gronda le meneur.

    Le félin renifla d’un drôle d’air avant de s’éloigner, faisant signe aux trois autres membres de sa patrouille et aux intrus de le suivre. Ils arrivèrent bientôt au camp.

    Ils y avaient peu de félins présents dans la clairière. Une femelle grise mouchetée sortait d’une petite crevasse, un gros paquet d’herbes à la gueule. Elle se dirigeait vers un autre renfoncement du rocher  où  se prélassaient une femelle rousse claire mouchetée et une vieille chatte gris perle. Avant qu’elle ne puisse atteindre son but, trois chatons arrivèrent en trombe pour lui bondir dessus. Deux apprentis se battaient devant leur tanière, d’autres dégustaient un lapin près du tas de gibier. Une reine prenait le soleil devant la pouponnière tout en observant ses chatons. C’est comme chez nous, les chatons courent partout, les anciens paressent,….

    Le chef de patrouille, le gros matou gris et crème, se dirigea vers un énorme rocher qu’il contourna. Les trois autres membres de la patrouille restèrent pour surveiller les intrus. Bientôt le gros matou revient avec Ciel de Brouillard. Le petit félin blanc crème s’assis bien droit devant Ciel de Rêves.

    << Alors, Ciel de Rêves, encore en train de te mêle des affaires des autres ? Qu’es ce qui t’amène encore ?

    - Je voulais te parler. C’est important.

    - Très bien, alors, parle je t’en prie.  >>

    Ciel de Rêves regarda nerveusement autour de lui où s’était rassemblée une partie de la tribu.

    << En privé serais peut –être mieux…. Hasarda-t-il.

    - Il n’y a rien que ma tribu ne puisse entendre. Répliqua Ciel de Brouillard  dont la queue frémissait d’impatience.

    - Très bien. Comme tu le sais, notre guérisseuse, Fleur de Cerisier a été tuée. Un rêve de Fleur de Lilas a révélé que Fleur de Cerisier a été assassinée par Œil Noir.

    - C’est impossible ! J’imagine que Fleur de Lilas a inventé ce rêve  parce qu’elle a été bouleversée par la perte de son mentor. >>

    Plume Dorée frémit de rage. Comme pouvait-il oser  dire que son rêve était une mascarade ? Elle se rendit alors compte que Tigre Blanc lui lançait un regard noir. Elle se souvient alors que personne ne savait que c’était son rêve. Elle inspira un grand coup pour se calmer et faire retomber sa fourrure ébouriffée.

    << Dans ce cas, pourrions-nous en parler à Œil Noir en personne ? souleva judicieusement Tigre Blanc.

    - Hors de question ! Il est en patrouille et vous n’allez pas rester ici le temps qu’il arrive ! gronda Ciel de Brouillard.

    - Ciel de Brouillard, je pense qu’il faudrait mieux aller voir Œil Noir, suggéra le gros matou gris et crème.

    - Bien, d’accord. Griffe de Silex, emmène Eclat de Griffe et Patte de Bouleau avec toi et retrouver la patrouille de Œil Noir, elle doit être près de la frontière avec les chats errants. >>

    Le matou gris et crème, dénommé Griffe de Silex renifla bruyamment puis fit signe à la chatte grise de les suivre. Un apprenti brun sombre  les suivit de près. Ils sortirent aussitôt du camp. Ils s’enfoncèrent dans les bois inconnus. Plume Dorée était déstabilisée par toutes ses odeurs inconnues.

    << Alors comme ça, Œil Noir aurait tué votre guérisseuse ? miaula Eclat de Griffe.

    - Allons Eclat de Griffe ! Tu as perdu la tête ? Œil Noir ne ferait jamais une telle chose ! feula Griffe de Silex qui était en tête de la troupe en se retournant brutalement, faisant peur à l’apprenti qui était derrière lui.

    - C’est ce que nous pensons. Répondit Ciel de Rêves en ignorant le matou gris et crème.

    - Qu’es ce qui va arriver à Œil Noir ? fit d’une toute petite voix l’apprenti brun sombre.

    - Rien du tout ! cracha encore Griffe de Silex. Il n’a rien fait et il ne lui arrivera rien ! >>

    L’apprenti se recroquevilla sur lui-même devant la fureur du matou et continua d’avancer en silence tout en lançant des regards inquiets vers  le gros matou colérique. Plume Dorée admira la fougue du félin crème et gris pour défendre son camarade, mais d’un autre côté, connaissant la vérité du rêve, elle s’inquiétait de sa réaction devant la vérité. Malgré tout, il lui rappelait quelqu’un, mais elle ne voyait pas qui.

    Ils arrivèrent bientôt à une grande clairière bordant le fleuve. Deux félins discutaient à la rive de l’eau. C’était Œil Noir et Esprit du Tigre.

    Plume Dorée et ses compagnons se hérissèrent en les voyant. Les deux complices se dirigèrent vers eux, l’air calme et posé.

    << Salutation, Ciel de Rêves. Miaula amicalement Œil Noir, l’œil mauvais. Encore à traîner sur notre territoire à ce que je vois Et voyez-vous ça ! Il s’est trouvé des complices en plus !  Je vous pensez plus loyaux, surtout toi Griffe de Silex, en tant que descendant de Ciel d’Orage…. >>

    Ce dernier failli bondir sur le provocateur mais Eclat de Griffe l’en empêcha. Plume Dorée comprit alors pourquoi le matou gris et crème lui semblait familier. Avec ses grandes pattes, ses yeux jaunes, son caractère critique et agressif. C’était sans doute un des fils de Belle Lune, elle-même fille de Ciel d’Orage.

    << Salutation, Œil Noir. Nous te cherchions. Fit le meneur blanc rayé crème en inclinant la tête brièvement en sa direction pour le saluer. Nous voulons savoir si c’est toi qui a tué notre guérisseuse, Fleur de Cerisier. Un rêve de son apprentie t’a désigné >>

    Plume Dorée s’attendit à ce qu’il nie tout en blocs, mais le félin gris rayé adressa un coup d’œil appuyé à Esprit du Tigre, jusque là restée à l’écart, puis, il afficha un sourire mauvais, renifla bruyamment et leva la tête d’un air fier.

    << Oui. Je l’ai tuée. Je lui ai maintenue la tête sous l’eau jusqu’à ce qu’elle meure et ensuite je l’ai laissée là et suis revenue ici. >> Minauda-t-il lentement.

    Plume Dorée sentit la rage venir en elle. Son souffle s’accélérait. Elle dut se retenir pour ne pas bondir sur le traître. Aile Chouette et Tigre Blanc se hérissèrent eux aussi en montrant les crocs.  Elle vit Eclat de Griffe tressaillir.  L’apprenti se recroquevilla, choqué.

    << Co-comment, je ne comprends pas. Fit Griffe de Silex, hésitant.

    - Bien sur que non. Tu n’es qu’un pauvre lieutenant aveugle, qui ne voit même pas un traître qui traîne juste sous son nez. Tu obéis aveuglement aux ordres sans te poser la moindre question. >> Il fit une pause puis avança d’un pas de façon à ce que son museau ne soit plus qu’à un poil de la truffe de son camarade de tribu.  << Esprit du Tigre m’a demandée de vous espionner. J’ai vu cette idiote qui ramassait des herbes. Ca pouvait vous affaiblir, alors… >>   

    Avec un miaulement rageur, l’apprenti brun bondit sur le gros matou gris rayé. Ce dernier l’esquiva avec agilité, roula sur le sol et se glissa dessus le ventre du jeune matou, d’un coup de griffe il frappa violemment le ventre fragile du jeunot, dont la peau tendre se déchira.  Il s’effondra au sol en poussant un cri terrible.

    << Patte de Bouleau ! >>

     Eclat de Griffe se précipita vers lui et le tira en arrière, loin de Œil Noir qui restait là, immobile en gardant le regard fixé sur Patte de Bouleau. Le guerrier rayé affichait un air satisfait et malfaisant. Un éclat froid brillait dans ses yeux gris. Puis, lentement, il se détourna et suivit Esprit du Tigre en direction du pont. La cheffe de Clan salua les félins d’un geste de queue avant de disparaître.

    Plume Dorée se reconcentra sur ses compagnons. Eclat de Griffe léchait doucement la longue plaie de Patte de Bouleau, Griffe de Silex restait abasourdit, regardant fixement l’endroit par où les deux félins s’étaient évanouis. Ciel de Rêves s’approcha de ce dernier.

    << J’en suis navré. Nous ferons mieux de retourner sur notre territoire. Compati-t-il.

    - Oui… De toute manière nous devons rentrer au camp de toute vitesse. Patte de Bouleau perd beaucoup de sang … >> miaula Griffe de Silex, d’une voie absente.

    Le jeune chef fit signe à ses guerriers de le suivre et les félins se mirent en route. Plume Dorée se sentit d’un coup très mal. Vengeance n’avait pas été faite, et même si elle savait que Œil Noir allait être banni, cela ne changeait rien. Fleur de Lilas allait être tellement déçue. L’estomac tordu par la culpabilité d’avoir détruit en partie une tribu, elle avança à la suite de ses compagnons.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires