• Chapitre 14

     


    Quand ils entrèrent au camp, tout le monde était là, attendant avec impatience le retour de la patrouille. Ciel de Rêves bondit aussitôt sur la Surélévation et sans avoir besoin de lancer son appel habituel, il parla.
    Sans même prendre la peine d’écouter le discours du chef, Plume Dorée retourna se coucher en boule dans sa litière. Cependant, elle ne parvient pas à s’endormir et resta là, la tête sur ses pattes avants. Elle ne cessait de penser à Fleur de Cerisier et de la façon horrible dont elle était morte.
    Elle resta là longtemps, avant que les autres guerriers ne viennent se coucher. Elle vit parmi eux Pelage de Cendre et Tigre Blanc qui avançaient côte à côte, leurs queues entrelacées. La guerrière dorée se surpris à éprouver tout pleins de sentiments étranges. A la fois de la colère, de la douleur et une profonde tristesse.  Elle sentit une larme couler le long de son museau. Elle ferma les yeux pour s’en débarrasser. Et lui vient alors une horrible image. Le corps de celle qui jadis était comme une sœur pour elle, allongée au sol, sa douce fourrure baignant dans son propre sang, ses yeux bleus glacés voilés et perdus dans le vide. Elle frémit d’horreur. D’ici peu, ils entreraient tous dans une guerre sans merci, une lutte pour leur survie en ces lieux. Et il y aura des morts. L’esprit ailleurs, Plume Dorée ferma les yeux et se laissa happer dans un très léger sommeil sans rêves.

    Quand elle rouvrit les yeux, une lumière aveuglante l’éblouie. Elle clignat plusieurs fois des yeux afin de s’habituer à la lumière. Lorsqu’elle y parvient enfin, elle vit que la tanière des guerriers était vide. Affolée, elle se leva à toute vitesse, la fourrure toute ébouriffée. Plume Dorée sortit de la tanière, le coeur battant la chamade. Une fois habituée à la lumière du soleil, elle remarqua le camp en pleine ébullition. Perplexe, elle leva la tête vers le ciel, il était plus de midi. Elle se calma aussitôt. Elle avait juste trop dormi. Aujourd'hui était le dernier jour avant le grand combat, il y avait pleins de choses à préparer, et elle, l'élue pitoyable, avait réussi à  se réveiller en retard. Pestant contre elle même, elle s'avança vers le tas de gibier pour manger, avec l'espoir que personne ne la remarque. Elle soupira avant de sse pencher pour prendre un moineau bien dodu. 

    << Attend! >> fit une voix derrière elle. Elle se retourna et vit Tigre Blanc qui se tenait là, les yeux jubilants. << Tu crois que tu peux dormir toute la matinée et venir ensuite dévaliser notre réserve de gibier? Erreur! Tu n'auras rien à manger tant que tu n'auras pas rapporté de gibier! C'est la règle. >>

    Plume Dorée ressentit la dévorante envie d'effacer d'un coup de griffe l'air mesquin et narquois du grand félin. Elle se retient cependant et fit demi-tour en s'efforçant de paraître la plu digne possible. Malgré les apparences, son ventre gargouillait comme un crapaud amoureux et elle salivait rien qu'à l'idée d'une bouchée de viande bien juteuse. Elle soupira. S'efforçant d'ignorer le fourmillement dans ses pattes, elle alla trouver Oeil de Miel et Pelage de Renard qui s'avançaient vers la sortie du camp. 

    << Vous allez chasser? s'enquit-elle en les interceptant. 

    - Non, on va chercher des escargots pour en faire un cataplasme que Fleur de Lilas appliquera sur les plaies. >> répondit d'un air sérieux Oeil de Miel.

    Plume Dorée eut un certain malaise. Elle ignorait si son ancienne apprentie était sérieuse ou non. Mais connaissant cette dernière elle écarta vite la possibilité d'une quelconque sincérité. Elle pencha la tête de côté et soupira.

    << Oui, on va chasser. miaula Pelage de Renard, apparemment impatient d'aller courir dans les bois.

    - Je peux venir avec vous? 

    - Si tu veux. >>

    Ils se mirent donc en route. Ils longèrent le chemin avant de s'aventurer dans l'herbe haute. Après un moment, Plume Dorée demanda :

    << Où allons-nous?

    - Vers la plaine, loin de ces sales bouffeurs de chair à corbeaux! >> dit Oeil de Miel en feulant ces derniers mots.

    Plume Dorée savait qu'elle parlait des chats des clans. Elle aussi éprouvait une haine intense envers eux, elle ne dit pourtant rien et suivit son amie et leur camarade. Ils arrivèrent bientôt à la plaine. Plume Dorée remarqua aussitôt une patrouille de la Tribu de la Lumière en train de marquer la frontière. Pelage de Renard renifla bruyamment, sans doute gêné d'être observé et s'approcha de la frontière, face à la patrouille adverse. Il y avait là Coeur Agile, Flèche Noir ainsi que deux autre félins plus jeunes, sans doute tout juste nommés apprentis il y a de cela quelques jours. L'un était gris perle, l'autre blanche tacheté de noir.

    << Comment se passe la chasse? demanda-t-il poliment.

    - Bien. >> répondit froidement Flèche Noire. Cette dernière n'avait jamais été très aimable, aussi son ton dur n'étonna pas Plume Dorée.

    << Pourquoi es-tu si froide? Nous sommes dans le même pétrin maintenant! Comment veux tu qu'on se battent demain tous ensemble si vous être si fermé? feula presque Oeil de Miel, ce qui fit reculer les deux jeunes apprentis qui montrèrent leurs petits crocs.

    - On a beau se battre avec vous c'est uniquement pour notre survie! Pas pour copiner avec vous! Nous resterons toujours quatre tribus même en ayant un seul et même but! rétorqua Flèche Noire, excédée. Maintenant, si vous permettez on va retourner dans NOTRE camp. Viens Patte de Nénuphar. >>

    Flèche Noire s'éloigna, suivit par Coeur Agile et l'apprenti gris. L'autre apprenti resta là, tétanisée, détaillant du regard la patrouille de la Tribu de l'Eclair.

    << Patte de Coccinelle! Viens ici! >> cria Coeur Agile en voyant que l'apprentie ne suivait pas.

    Celle ci déguerpit. Mais tandis qu'elle suivait ses camrades elle ne cessait de se retourner.

    << Qu'elle imbécile celle-là! rugit Oeil de Miel dont la fourrure avait doublée de volume. Je ne serait pas déçue si elle mourait demain elle! >>

    Pourtant, elle a raison. Nous somme toujours quatre tribus même si nous nous unissons. songea intérieurement la femelle dorée. Cependant elle se retient de le dire à voix haute, craignant la réaction de son amie.

    << Bon, et si nous chassions, nous somme venus pour ça non? >> proposa Pelage de Renard en s'étirant souplement.

    Chacun opina. Tandis que Plume Dorée s'éloignait de ses camarades pour traquer un lapin qui bondissant inconsciemment non loin, elle avait toujours en tête les paroles de Flèche Noire. Elle s'avança à pas feutrés, faisant attention à bien être face au vent. Et si nous ne sommes que quatre tribus séparées, quel est mon véritable but demain? Encore une ou deux longeurs de queues et elle l'aurait.... Et si je devait unifier les tribus? Non, ce serait trop tard. Elle bondit. Je suis l'élue? Mais l'élue de quoi? Ses crocs plongèrent dans le cou du lapin qui s'effondra.

    << Jolie prise! la complimenta Oeil de Miel, la sortant de ses pensées.

    - Merci.

    - Viens la m'être avec les notres, sous ce buisson de houx. >> proposa-t-elle en désignant l'endroit en question.

    La remerciant d'un signe de tête, Plume Dorée obtempéra. Elle alla déposer sa prise avec celle des autres qui comportait déjà deux souris et un étourneau. Puis, elle repartit tranquillement en chasse.

     

    Quand  ils rentrèrent au camp, la gueule chargée de proies, chacun en portaient deux exceptée Oeil de Miel qui en avait attrapée trois, le soleil n'avait pas encore atteint son couchant. Ils déposèrent leurs proies - Plume Dorée ne quitta pas Tigre Blanc des yeux pour le voir enrager. Puis chacun mangea, le tas de gibier étant haut, ils purent même se resservir et manger jusqu'à satiété, comme s'ils étaient à la saison chaude. Repue, la tribu partit se coucher de bonne heure, le lendemain, ils devraient tous ce lever aux aurores pour combattre.

    Plume Dorée ne tarda pas à tomber dans un profond sommeil. Son esprit se réveilla près d'un petit lac dont le vent ridait la surface. Un rocher en forme d'étoile trônait en son centre. Plume Dorée remarqua un félin blanc assis sur la rive, il avait de magnifiques yeux bleus ciels. Elle sut alors qu'elle ne devrait pas être là, elle se cacha son un buisson.

    Soudain, d'autre buissons, non loin d'elle frémirent et tout en retenant son souffle elle vit quatre félins apparaître. L'un avait le pelage gris-bleu moucheté un poil plus foncé, ce qui faisait penser à des gouttes de rosées. Un autre avait le poil aussi noir qu'un ciel noir de jais. Un était brun-roux et le dernier avait une belle fourrure lumineuse et pâle. Le félin blanc se leva en les apercevant et ces derniers vinrent se regrouper près de lui. Le mâle brun-roux parla :

    << Que devons-nous faire? >> miaula-t-il d'une voix rauque.

    Le félin blanc leva les yeux au ciel étoilé.

    << Les élues doivent être prévenues, elles doivent être certaines de leurs actes. Le destin de la forêt est entre leurs pattes. Si elles ne font rien... >>

    Il laissa sa phrase en suspens. Le félin au poil sombre s'approcha. 

    << Tu es sur? Ciel, pourquoi les prévenir seulement maintenant? >>

    "Les"? Ils parlent de qui? Ils ont parlés d'élues, comme si il y en avait plusieurs! s'étonna Plume Dorée.

    << Bien sur. Ce sont des guerrières fortes et courageuses >> Elle regarda le félin brun-roux à côté d'elle. << Eclair? >>

    Le mâle la regarda fixement de ses yeux jaunes.

    << Elles vaincront, je le sais.

    - Comment en être sur? Et si elles échouaient? >> C'était la femelle dorée pâle qui avait parlé. Eclair se leva.

    << Ca n'arrivera pas! >> feula-t-il.

    Pluie gémit.

    << Les etoiles sauront honorer ta foi, Eclair. fit Ciel en regardant la lune.

    - Lumière as raison. Rien n'est sur. Mais il faut avoir la foi. >> miaula Pluie.

    Le félin noir approuva. Ciel  gratifia Pluie d'un coup de museau et se tourna vers le matou au poil sombre.

    << Qu'en penses tu Ténèbre?

    - Tout dépend d'elles à présent. Mais en cas de défaite, qu'adviendra-t-il des tribus? >>

    Ciel ferma les yeux et pris une grande inspiration.

    << Elles seront détruites... >>

    Puis, le félin blanc bondit pour plonger dans l'eau glacé, et suivit de ses compagnons, il gagna un rocher en forme d'étoile. Ensemble, à l'unisson, les félins feulèrent en direction de la lune décroissante, presque pleine.

    Plume Dorée remuât. Elle était perdue. Au fond d'elle, elle savait qu'ils parlaient d'elle. Mais dans ce cas, elle n'était pas la seule élue. Elle sentit ses forces la quitter, elle allait se réveiller, elle allait devoir se battre. Mais elle savait maintenant, qu'elle n'était pas la seule, il y avait une autre élue.

     

    « Chapitre 13Chapitre 15, partie 1 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :