•  

    <<  Et Pelage de Terre ? Où est-il ? poursuivit Ciel de Rêve, toujours perché sur la Surélévation.

    - Il garde le corps de Fleur de Cerisier. Il a pensé que se serai une bonne chose que tu vois toi-même le corps. expliqua Griffe de Cèdre.

    - Il est vrai que j’aurais voulu le voir, mais je dois me rendre à l’Île aux Assemblées pour rencontrer les autres chefs et prendre une décision. >>  Il fit une pause pour scruter la foule. << Tigre Blanc ira à ma place, accompagné de Fleur de Lilas, Aile de Chouette vous montrera l’endroit. >>

    Les félins acquiescèrent et l’assemblée commença à se disperser.  Plume Dorée rejoint le groupe de félins partant pour l’Assemblée. Ciel de Rêves les rejoints et la troupe se mit en route.  

    Ils atteignirent bientôt l’Île aux Assemblées, les autres chefs étaient déjà là, derrière eux se tenait une patrouille de chaque tribus.  Ils discutaient. Un félin au pelage blanc-crème avait pris la place qui revenait à Ciel d’Orage. C’était Pelage de Brouillard, l’ancien lieutenant. Ciel de Rêves s’avança, d’un pas sûr et  décisif. Il n’y avait plus aucune trace du lieutenant endeuillé et faible qui  avait pris la tête de la tribu après la disparition de Ciel Gris. C’était à présent un chef confiant et juste.

    << Désolé du retard. J’étais…. commença-t-il. 

    - Peu importe ! Cela ne justifie pas ton retard ! Tu crois qu’on a toute la nuit ? s’emporta le nouveau meneur de la Tribu des Ténèbres.

    - Un membre de ma tribu est mort ! feula Ciel de Rêves.

    - Je suis navrée de l’apprendre. miaula doucement Ciel d’Encre en s’inclinant pour l’honorer. Qui était ce ?

    -Notre guérisseuse, Fleur de Cerisier.

    - Que la Tribu des Cieux illumine son chemin. Murmura Ciel Luné.

    - Comment a-t-elle trouvée la mort ? s’enquit encore Ciel d’Encre, visiblement intéressée par les nouvelles.

    - Ce n’est ni le lieu, ni le moment d’en parler ! les coupa le remplaçant de Ciel d’Orage.

    - Tu as raison, Pelage de Brouillard. Admit Ciel de Rêves avec un soupir.

    - C’est Ciel de Brouillard, à présent. Grogna le nouveau chef. Pourquoi nous as-tu fait venir ici, Ciel de Rêves ? >>

    Ciel de Rêves s’inclina avec respect, ses oreilles frémissantes démontraient son impatience.

    << Pour vous parler de la menace que représente les Clans. Miaula-t-il.

    - Qu’il y as-t-il à dire ? Ils sont puissants, et nombreux, nous ne pouvons que fuir, les ramener à la raison serais peine perdue. Répondit Ciel de Brouillard.

    - Alors battons-nous ! proposa le meneur blanc rayé. La Tribu de l’Eclair se battra, alors joignez-vous à nous et unissons nos forces !

    - Si je peux me permettre, je ne souhaite pas me battre. Intervient Ciel d’Encre. Ma tribu a déjà beaucoup souffert des Sans-Queue à la saison chaude dernière, puis de l’épidémie. Nous sommes aussi sortis d’une guerre. >> Elle jeta un œil courroucé à Ciel de Brouillard. La Tribu des Ténèbres  les avaient attaqués pour étendre leur territoire, soi-disant par famine, peu de temps après que les Sans-Queue soient partis, lorsque la Tribu de la Pluie était encore faible. << Nous tentons de nous reconstruire, et je ne souhaite pas perdre d’autres membres de ma tribu, inutilement.

    - Je te comprends Ciel d’Encre. Miaula Ciel Luné.  Ma tribu a aussi souffert des Sans-Queue, pourtant, je me battrais. >> Elle fit une pause narrative pour regarder ses guerriers rassemblés derrière elle, son lieutenant, Tempête de Neige, l’encouragea d’une ondulation de queue. Plume Dorée attendit, le souffle coupé que Ciel Luné continue. Elle avait toujours était une cheffe forte et respectée.

    - Alors que tu sais que des chats vont mourir ? fit la meneuse de la Tribu de la Pluie, interloquée.

    - Oui. Car si ces chats meurent, ils mourront en héros et non en lâches. Ce sera leur choix, non le mien. Ma tribu souhaite se battre, alors elle se battra. >> Elle soupira et posa sa queue sur le dos de son amie. <<  Il y a toujours eu quatre tribus, non ? La Tribu des Cieux ne nous a pas créés pour que nous abandonnions au premier problème. Non, elle souhaiterait que nous nous battions.  >> Il y avait toujours eu des rumeurs sur la créations des tribus, certains affirmaient que c’était la Tribu des Cieux qui les avaient créées, mais Plume Dorée savait que se secret resterais enfoui à jamais.

    << Je comprends. Miaula Ciel d’Encre en se tournant vers Ciel de Rêves. Très bien, dans ce cas, moi et ma tribu se joindrons à vous.  En l’honneur de la Tribu des Cieux.

    - Ce sera un honneur de se battre à vos côtés. Ronronna presque Ciel de Rêves. Et toi, Ciel de Brouillard, te battras tu ?  >>

    Un long silence s’en suivit. Le chef de la Tribu des Ténèbres planta son regard dans celui de Ciel de Rêves, sans rien laisser paraître, puis, il prit la parole :

    << Vous êtes tous fous. Mais, si vous y tenez la Tribu des Ténèbres se battra avec vous. >> A la manière dont il le présentait, on aura dit qu’il leur accordait une faveur. << A dans quatre aubes, nous serons là. >> Sur ses mots, Ciel de Brouillard fit demi-tour et, suivit de ses guerriers, prit la direction de son camp. Ciel Luné s’inclina et fit de même. Une fois qu’ils furent partis, Ciel d’Encre soupira et se pencha vers Ciel de Rêves pour lui murmurer quelque chose que Plume Dorée entendit :

    << J’ai peur de ne pas faire le bon choix. Mais dans ce cas-ci, comment savoir quel est le bon choix à faire ?

    - Ecoute ton cœur, il te dira quoi faire. Chuchota Ciel de Rêves en se levant. Tribu de l’Eclair nous rentrons. >> Il s’inclina devant Ciel d’Encre et prit la tête de la patrouille pour rentrer au camp, tandis que les ombres du crépuscule commençaient à envahir la forêt entière. Plume Dorée marchait avec certitude, sûre d’elle. Son destin allait s’accomplir,  elle ne pourrait plus y échapper. Même si elle voulait de tout son cœur servir sa tribu et être une guerrière « normale », elle savait à présent qu’elle ne le pourrait plus jamais. Elle était l’élue. Et, ils allaient se battre, tous ensembles.

     

    De retour au camp, Ciel de Rêves échangea quelques mots avec Tigre Blanc et bondit sur la Surélévation. Il n’eut pas besoin d’appeler la tribu à se rassembler : tous étaient déjà là, curieux de savoir comment leur guérisseuse avait trouvé la mort.

    << Tribu de l’Eclair, aujourd’hui est un jour funeste. Fleur de Cerisier est morte, alors qu’elle récoltait des herbes près d’un ruisseau, non loin de la frontière avec la Tribu des Ténèbres. Elle s’est noyée. >> Cette dernière phrase éveilla le doute dans l’esprit de Plume Dorée. Elle voyait bien de quel ruisseau il s’agissait, et celui-ci n’était pas très profond. Comment la guérisseuse aurait-elle pu s’y noyer ? Les messes bases des guerriers indiquaient que eux aussi doutait de la raison de la mort.

    << Comment ? demanda Perle de Rosée en avançant d’un pas.

    - Je l’ignore. Elle s’est sans doute cognée. répondit  le meneur. Cependant, malgré la douleur de sa perte, nous ne pouvons nous permettre de la pleurer. D’ici trois jours, nous devrons nous battre, les autres tribus seront avec nous, à nos côtés. Il faut profiter du temps qu’il nous reste pour prendre des forces, allez dormir. >>

    Plume Dorée battit rageusement de la queue. Comment Ciel de Rêves pouvait-il ne pas accepter de veiller un défunt. Une guérisseuse qui plus est. Comment de vies Fleur de Cerisier avait-elle sauvée ? Devait-elle vraiment être remerciée de la sorte ? Mais, Plume Dorée était exténuée. Aussi, elle suivit les autres jusque dans la tanière des guerriers. Elle se roula en boule et, presque aussitôt, s’endormie. Elle plongea dans un profond sommeil.

    Elle se retrouva presque aussitôt dans une plaine illuminée par une douce lumière lunaire. Cette plaine, elle la connaissait bien. C’était ici que Ciel de Lave venait si souvent la voir pour lui dire qu’elle était l’élue et qu’elle devait accepter son destin. A présent, elle avait compris, mais pourquoi Ciel de Lave viendrais la voir maintenant ? Peut-être était-il prêt à lui dire enfin ce qui l’attendait, ce qu’elle devait faire. Mais était-elle vraiment prête à accomplir sa destinée ? Le cœur dans le doute, elle s’avança jusqu’à un cours d’eau qui bordait la lisière de la forêt.

    Qu’elle fut sa surprise lorsqu’elle vit Fleur de Cerisier sortir des bois argentés.

    << Fleur de Cerisier ! >>

    La guérisseuse ne répondit pas. Elle avança d’un pas et du bout du museau effleura le front de Plume Dorée. Un frisson glacé parcourut la corps de la guerrière dorée. Elle ferma les yeux.

    Quand elle les rouvrit, elle vit avec surprise qu’elle se trouvait près de la frontière avec la Tribu des Ténèbres, à côté d’un petit ruisseau qui prenait sa source dans le fleuve. Qu’es ce que je fais ici ? Sans qu’elle ne comprenne pourquoi, elle se mit à marcher et traversa le cours d’eau en direction d’un petit tas de menthe aquatique. Elle reconnaissait facilement cette plante qui avait servie à soigner ses maux de ventres peu après la naissance de ses chatons.

    Elle se pencha pour couper les plants quand elle vit son reflet dans l’eau. Avec un hoquet, elle vit que son pelage doré avait été remplacé par une fourrure noire et blanche et ses yeux noisettes étaient à présent verts. Elle failli arracher un cri de surprise lorsqu’elle se rendit compte qu’elle était dans le corps de Fleur de Cerisier. Elle revivait ses derniers instants.

    Elle se mit donc à couper la menthe aquatique au plus bas de la tige. Soudain, une masse lui rentra dans les côtes et lui coupa le souffle. Surprise, elle tomba. L’eau l’envahit alors. Elle buta contre les pierres du fond. Elle ferma les yeux pour les protéger du liquide translucide. Elle voulut remonter à la surface mais une patte s’abattit sur son cou, la plaquant au fond de l’eau, dès qu’elle prit une bouffée d’air. Ses poumons la brûlait tandis que l’eau les envahissaient peu à peu. C’était sans espoir.

    Dans une dernière volonté, elle parvient à se relever un peu et avec ses pattes avants, elle agrippa le cou de l’agresseur. Elle parvient un instant à se hisser à la surface et prit une bouffée d’air. Malgré l’eau qui ruisselait sur son visage et ses yeux, elle ouvrit ses derniers et avec un hoquet, vit l’attaquant.

    Il s’agissait d’un massif félin aux larges épaules et à la fourrure grise tigré de noir ébouriffée de toutes parts. C’était Œil Noir. Un guerrier de la Tribu des Ténèbres agressif et aux sombres ambitions. Mais que faisait-il ici ? Sur le territoire de la Tribu de l’Eclair, si loin de la frontière.

    Elle n’eut pas le temps d’y songer qu’elle fut de nouveau plonger dans l’eau. Elle cessa de se débattre et l’eau envahit ses oreilles et ses poumons. Elle se sentit alors peu à peu flotter sur l’eau, remonter à la surface, et avec un dernier battement de cils, laissa Fleur de Cerisier mourir.

    Un hoquet accueillit son retour dans la plaine de la Tribu des Cieux. Elle était à bout de souffle, presque comme si elle c’était vraiment noyée. Elle était épuisée. Fleur de Cerisier était là, assise tranquillement, la queue autour des pattes.

    << Tu sais tout. Voilà la vérité. >> miaula d’une voix douce et suave la défunte. Elle fit une pause et pointa les oreilles vers le ciel pâlissant. << Tu dois y aller. L’aube ne va pas tarder et la tribu a besoin de toi, n’oublie pas ton destin, Plume Dorée. Je sais que tu vaincras.  >>

    Sur ses mots, la vue de la guerrière se brouilla et elle se réveilla. Encore épuisée, elle se leva, les membres engourdis. Mais ce fut d’un pas décidé qu’elle s’avança et sortit de la tanière baignée de lumière. Elle savait la vérité. Fleur de Cerisier avait était assassinée. Et ces derniers vœux avaient étaient de lui montrer comment elle avait trouvé la mort. Alors, elle, Plume Dorée, allait devoir ouvrir les yeux aux autres et rétablir la vérité, avant qu’il ne soit trop tard pour le faire. Elle ne laissera pas impunie le meurtre de son amie. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique