•  

    La Tragédie de Patte de Neige

    Patte de Neige ouvrit les yeux. La faible lueur de lumière qui filtrait parmi les branches du roncier qui servait de tanière. Elle s'étira souplement et bailla. Soudain, les ronces de l'entrée frémirent et Cœur de Rapace apparut.

    << Bonjour, Patte de Neige! la salua le guerrier.

    - Cœur de Rapace! ronronna la femelle. On fait quoi aujourd'hui? On part à la chasse? >>

    Le guerrier opina et enfoui sa tête dans la nuque de la femelle. Cette dernière lui lécha l'oreille. Elle se leva soudain, s'étira encore et donnant un petit coup de museau à son mentor sortie de la tanière. Elle se dirigea aussitôt vers le minuscule tas de gibier et se préleva un  jeune et maigre lapin. Cœur de Rapace la rejoignit aussitôt. Ils s'installèrent tout les deux, côtes à côtes, flanc contre flanc. Cœur de Rapace prit une patte du lapin, l'arracha et la donna à Patte de Neige. En ronronnant, la femelle l'avala. Elle se sentait si bien avec Cœur de Rapace. Ça avait beau être son mentor, elle l'appréciait beaucoup, comme un très bon ami, quelqu'un qui la comprenait. Et elle sentait que c'était réciproque. Elle se lova un peu plus, humant le doux parfum du félin. 

    << Cœur de Rapace! appela soudain Ciel Gris en s'approchant. Il faut que tu partes en patrouille avec Rêve Blanc et Croc de Lion. >>

    L'intéressé agita les oreilles, surpris. 

    << Mais je devais aller chasser avec Patte de Neige! >> protesta-t-il.

    Le chef lui jeta un dur regard.

    << Et bien elle n'aura qu'à aller s'occuper des anciens! s'emporta le félin gris..  

    -  Très bien. >> miaula le plus calmement possible Cœur de Rapace, malgré le bout de sa queue qui s'agitait nerveusement. Il se leva donna un coup de langue sur le front de son apprentie et dirigea vers Croc de Lion qui mangeait en compagnie de Rêve Blanc.

    Ciel Gris soupira et se pencha vers Patte de Neige.

    << Ecoute Patte de Neige, il est encore tôt pour prendre un compagnon. Tu n'es qu'une apprentie.

    - Cœur de Rapace n'est pas mon compagnon! >>protesta violemment la jeune femelle noire et blanche.

     Le meneur s'éloigna sans un mot. L'apprentie soupira, fixant ses pattes. Elle savait au fond d'elle, qu'il y avait un fond de vérité dans les paroles du chef. Elle finit lentement de grignoter le peu de viande qu'avait ce lapin, pas le moins du monde pressée d'aller s'occuper des anciens. Une fois qu'elle eut finis, elle se leva, et passa devant la Surélévation - où se tenait Ciel Gris - d'un air le plus digne possible. Elle détestait qu'on lui donne des ordres, ce qui avait bien embêté Cœur de Rapace au début de leur entrainement. Ils avaient finis par devenir très proches néanmoins.

    Bougonnant, elle entra dans la tanière des anciens. Il y avait là Pétale Bleue, une vielle femelle gris-bleu devenue presque sourde mais d'une gentillesse extrême et Plume d'Oiseau, un vieux ronchon qui ne manquait pas de tout critiquer. Queue Noire, qui après une vilaine foulure faite en chassant un lapin qui c'était ensuite mal cicatrisée avait dût rejoindre lui aussi les anciens, mais il n'était pas là.

    << Bonjour, ma petite, que viens tu faire ici? la salua  Pétale Bleue.

    - M'occuper de vous. répondit simplement la jeune apprentie, qui n'avait pas le cœur à discuter. Elle s'approcha de Plume d'Oiseau et l'invita d'un petit coup de patte à se lever.

    << Eh bien, traîne pas trop dans mes pattes, petite! J'en ai assez des chatons! >> grommela l'ancien sans broncher. Elle lui redonna un coup de patte. << Très bien, très bien, je bouge! Mais dépêche toi! >>

    Patte de Neige soupira et leva les yeux aux ciels. Elle fit exprès de prendre tout son temps pour retirer la mousse sèche du nid, rendant ses mouvements longs et interminables. Quand elle eut finit celui-ci, elle s’attaqua à celui de Queue Noire puis Pétale Bleue. Tandis qu'elle s'affairer sur celle de cette dernière, la vieille chatte l'observait avec de drôle de yeux.

    << Tu ne mangerais pas un peu trop? >> miaula-t-elle d'une voix perplexe.

    L'apprentie fut choquée. Elle recula, atterrée.

    << Co...Comment?

    - Oh; excuse moi, je ne voulais pas être grossière ma petite. C'est juste que.... >>  Elle dressa soudain les oreilles, se stoppant net. << Patte de Neige, tu.... tu le savais?

    - De quoi? Mais qu'est ce qu'il ce passe! Pourquoi tu me regardes comme ça? Qu'est ce que je suis censé savoir! >> rugit l'apprentie, hors d'elle. Elle n'y comprenait rien et cela l'angoissait terriblement.

    Pétale Bleue s'approcha d'elle, l'air compatissant et attendrie. Elle lui caressa le front du bout de la queue.

    << Ma chérie, regarde comme ta fourrure est brillante, ton ventre s'arrondit déjà et tes yeux pétillent. Tu attends des chatons. >>

     

     Tu attends des chatons. Tu attends des chatons. Ces mots résonnèrent dans la tête de Patte de Neige toute la journée. Après cette annonce, elle s'était sentie très mal et Pétale Bleue l'avait emmenée voir Fleur de Cerisier et Fleur de Lilas. L'apprentie avait demandée à l'ancienne de ne rien révélée sur son état, priant pour que les guérisseuses ne le remarque pas. Mais la famine et le froid avait déjà touchée la tribu et les deux guérisseuses avaient fort à faire. Il y a peu, le mal vert les avaient touchés et Petit Astre et Patte de Chêne étaient morts. Depuis, rien ne s'arrangeait : Belle Pétale qui attendait des chatons avait contractée le mal blanc ; une des filles de Cœur de Mousse toussait et respirait difficilement ; Perle de Rosée vomissait. La tribu s’affaiblissait de jour en jour, le gibier étant rare ne risquait pas de les aider à éviter la maladie. Chaque félin avait droit qu'à une pièce par jour, voire moins. Seul les reines, leurs chatons et les anciens avaient droit à en avoir plus.

    Patte de Neige s'impatientait. Elle attendait que Cœur de Rapace revienne de la chasse, pour lui annoncer la nouvelle. Le crépuscule tombait déjà. Postée devant l'entrée du camp, l'apprentie avait froid, pour se réchauffer, elle faisait les cents pas.

    << Eh! C'est à moi! >> piailla une petite voix fluette un peu plus loin.

    C'était Petite Aube qui se disputait un dernier morceau de souris avec son frère, Petit Crépuscule. Les deux chatons, âgés de 2 lunes et demi commençaient à manger de la viande. Ils étaient postés près du Rocher Central.

    << Allons! Arrêter de vous disputez comme ça! Partagez-le en deux ce morceau au lieu de vous battre! Et venez vous coucher, demain je vous montrerez comment on chasse. >> intervient Plume Dorée, leur mère qui sortait de la pouponnière, alarmée par les cris de sa progéniture. Malgré son ton dur et sévère, ses yeux brillaient d'amour et de tendresse pour ses petits.

    La pauvre, elle doit les élever seule. Pauvre Croc Fauve, il n'aurait jamais dût mourir, il devrait être là, avec elle pour les éduquer. Compatit l'apprentie. Elle eut alors un frisson. Et ses petits à elle? Cœur de Rapace les acceptera-t-il? Les élèvera-t-il avec elle? Certes, c'était trop tôt pour avoir des chatons et elle n'en avait pas voulue maintenant. Mais elle n'avait plus le choix maintenant. Et même si ils n'étaient pas désirés, ces chatons seraient aimés et protégés. Elle songea alors au froid et à la famine qui régnaient. Et si ses chatons ne survivaient pas? Elle n'eut pas le temps d'y penser, la patrouille de chasse revenait. A eux trois, en une journée, ils n'avaient attrapées que deux souris et une maigre corbeau.

     En voyant son compagnon, et mentor, Patte de Neige eut soudain envie de disparaître sous terre ou de s'enfuir en courant. Mais ses pattes restèrent clouées au sol. Cœur de Rapace, qui portait le corbeau, parût inquiet. Elle le rassura d'un geste de queue. Ensuite, elle l'accompagna en silence jusqu'au reste du tas de gibier pour y déposer la proie. Quand ce fut fait, sans lui laisser le temps de dire ne serai-ce qu'un mot, elle l'entraîna derrière la pouponnière pour lui parler. 

    << Je.... Je dois te dire quelque chose... commença-t-elle hésitante.

    - Qu'il y a-t-il? s'enquit-il d'une voix douce en lui passant la queue sous le menton pour la rassurer.

    - Je... J'attends des chatons, Cœur de Rapace. Nos chatons.

    - Quoi? Impossible! Tu... tu ne peux pas, tu es trop jeune! s'étrangla le jeune père.

    - Et alors? Tu crois que je l'ai choisi peut-être? Non, Cœur de Rapace, mais ils seront nos chatons et nous les élèverons ensemble. Le veux-tu? >>

    Il s'approcha d'elle et huma son doux parfum.

    << Bien sur. Ce sera les plus merveilleux chatons du monde! Ils seront aussi magnifiques que toi, mon amour. >> Patte de Neige ferma les yeux, heureuse comme jamais. Il s'écarta soudain. << A qui l'as tu dit? A Ciel Gris? 

    - Non, personne à part Pétale Bleue et Plume d'Oiseau ne sait. Mais ils le découvriront tôt ou tard. >>

    Patte de Neige se sentit alors mal. Qu'aller penser les autres? Ses parents? Son frère? Et le reste de la tribu? Au fond, tout cela lui importait peu, tant qu'elle était avec Cœur de Rapace. 

     

    << Tribu de l’Éclair rassemblez-vous! >> miaula Ciel Gris, la mine grave, du haut de la Surélévation. Chacun se rassembla, interdit et perplexe. Voilà une lune que Patte de Neige avait annoncé a Cœur de Rapace qu'elle attendait leurs chatons. A présent, son ventre s'arrondissait de plus en plus, même s'il restait plutôt plat et elle ne faisait que dormir. Ses camarades la regardait bizarrement, mais rien n'était encore officiel. Ciel Gris venait de la convoquer, elle et Cœur de Rapace pour leur demander si Patte de Neige attendait des chatons. Le meneur s'était retrouvé furieux et enragé. A présent, il convoquait la tribu pour le lui annoncer. 

    << Aujourd'hui j'apporte une heureuse nouvelle, du moins en partie. Patte de Neige et Cœur de Rapace vont avoir des chatons. C'est pourquoi Patte de Neige rejoindra la pouponnière dès demain et sera dispensé de tout entraînement jusqu'au deux lunes de ses chatons. >> 

    Le meneur soupira, excédé, et repartit dans sa tanière, escorté par Rêve Blanc. Le reste de la tribu se mit à s'agiter et a regarder les deux compagnons avec de grands yeux surpris. Puis, chacun repartit à ses occupations, sans saluer la future reine et son compagnon comme le voulait la coutume. Peinée, Patte de Neige se blottit contre Cœur de Rapace tentant de retenir les sanglots qui lui prenait la gorge. 

     

    Patte de Neige était pliée en deux contre le sol de la pouponnière. Son ventre la faisait souffrir au delà des mots. Fleur de Cerisier était là, tout contre elle. La guérisseuse venait de lui faire avaler deux graines de pavot, mais cela n'avait eu aucun effet. Cœur de Rapace faisait les cents pas devant l'entrée de l'antre. Plume Dorée et ses chatons étaient sortis pour leur laisser plus d'espace. Patte de Neige avait horriblement mal, elle sentit soudain l'odeur du sang envahir l'air. 

    << Que se passe-t-il?  s'inquiéta la novice d'une voix faible. 

    - Tu perd beaucoup de sang. Mais le chaton arrive. Il faut que tu tiennes bon. >>

    Au supplice, la femelle noire et blanche fut prises de contractions plus violentes et poussa un cri strident. N'en pouvant plus, Cœur de Rapace rentra. Il vit alors avec horreur sa compagne baignant dans son propre sang, tentant par tout les moyens d'expulser les chatons.

    << Que se passe-t-il? Où sont les chatons? s'affola le jeune père en léchant le front de sa compagne. 

    - Il n'y en a qu'un, mais il n'arrive pas à passer ce qui risque de provoquer une hémorragie. Va chercher Fleur de Lilas! >> miaula la guérisseuse.

    Patte de Neige tentait de respirer, mais les contractions étaient très rapprochées, comme si son corps tout entier voulait se débarrasser d'un parasite géant. Elle fut soudain prise d'une quinte de toux incontrôlable. elle avait l'impression de s'étouffer. Elle se mit a vomir du sang. Les ronces à l'entrée frémirent et se fut Fleur de Lilas et Cœur de Rapace qui apparurent. La femelle écaille se précipita vers elle, déposa ses plantes dont elle commença à mâcher quelques unes avec l'aide de Fleur de Cerisier. Cœur de Rapace se précipita à son  chevet et se mit à lui lécher doucement le front et les oreilles.

    Tout à coup, un petit paquet glissa dans la mousse, la respiration de Patte de Neige se fit plus facile. Fleur de Cerisier se pencha vers le chaton pour le réchauffer et activer sa circulation sanguine. Pendant ce temps, Fleur de Lilas fit avaler à la novice quelques plantes aux goût amer. Fleur de Cerisier approcha le chaton encore inconscient du giron de sa mère. C'était une petite chatonne blanche tigrée de brun clair. Cœur de Rapace se pencha pour la renifler. Quelque chose n'allait pas. Pourquoi ne bougeait-t-elle pas? Patte de Neige regarda sa fille, elle n'avait même pas la force de se pencher vers elle. Les larmes lui montaient aux yeux. 

    << Pourquoi ne bouge-t-elle pas? miaula-t-elle d'une voix si petite que seul Cœur de Rapace entendit. il répéta ces paroles.

    - Elle est morte-née. Elle était trop faible. >> répondit Fleur de Lilas le regard sombre.

    A cet instant, elle se remit à vomir. A vomir des flots de sang. Cela s'arrêta aussi soudainement que c'était apparut. Épuisée, à bout de forces, elle se mit à pleurer. Puis les vomissements reprirent.

    << Que se passe-t-il? >> s'inquiéta le jeune père en tentant de soulager sa compagne.

    Silence. Puis soudain, Patte de Neige fut secouée de spasmes et elle retomba inerte au sol. 

    << Nooon! Patte de Neige! Non! >> hurla le jeune félin en éclatant en sanglots. Il se mit à la secouer dans tout les sens, espérant qu'elle se réveille. En vain. Patte de Neige était morte. Fleur de Cerisier  prit ses herbes et se dirigea vers la sortie. Fleur de Lilas s'attarda un instant près du jeune père.

    << Je suis navrée. >> miaula-t-elle d'une voix franche. Puis elle disparut.

    Cœur de Rapace se pencha vers le corps inerte de sa fille en tentant de calmer ses tremblements. Puis, comme il ferait pour la réveiller après une longue nuit de sommeil, il déposa délicatement son museau contre le sien, murmurant ces quelques mots.

    << Petite Boule de Myosotis. >>

    Puis, s'écartant de Petite Boule de Myosotis, elle se pencha vers le corps de Patte de Neige et fit le même geste.

    << Je t'aime mon amour. >>

    Sur ces mots, il s'effondra au sol et sans pouvoir retenir une nouvelle vague de sanglots, resta là, immobile. Il ne réagit pas lorsque les anciens vinrent chercher les corps. Aile de Chouette, sa mère et sa sœur vinrent le chercher, l'aidèrent à se lever pour l'emmener se coucher. Il se laissa faire, ne sachant plus rien. Il se sentait si mal. Patte de Neige et sa fille étaient mortes. Comment pouvait-il vivre avec ça? Le cœur lourd, il ferma les yeux et vit une dernière fois le visage radieux de Patte de Neige.

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique