• Chapitre I:

    Racaille

    Un bruit attira l'attention de Fleur de Cerisier, un mulot était caché dans les buissons. La guérisseuse se mit en position de chasse et bondit, le rongeur poussa un cri apeuré et tenta de s'enfuir, en vain, il était mort. Fleur de Cerisier dévora sa proie avant de se remettre en route. Elle était sortie récolter dans herbes. Il ne lui manquait plus que du soucis, cette plante poussait a la lisière de la forêt, non loin de la ville. Les chats sauvages craignaient les Homme, Sans-Queue dans leur langage. Peu d'entre eux aimait s'approcher de cette partie de la forêt entourée de champs et de vignes. La guérisseuse devait cependant y venir car certaines plantes y poussaient mieux comme les soucis ou les boutons d'or, très utile pour éviter que les plaies ne s'infectent. Lorsqu'elle aperçu enfin ce qu'elle était venu chercher elle s'élança mais a quelques bonds de la plante elle s'arrêta net. Fleur de Cerisier avait senti une odeur étrange. Un chat inconnu! Cette odeur ne lui rappela aucune tribus, ce devait-être un chat domestique.

    Soudain, une voix s'éleva derrière elle:

    << Que fait tu ici, rugit-elle, tu es sur mon territoire! >>

    Sans crier gare l'inconnu se jeta sur elle, la percutant de plein fouet. Fleur de Cerisier roula sur le côté pour ce dégager. D'un puissant coup de reins elle envoya son adversaire, toujours agripper a son dos, rouler dans la poussière. Ce dernier - un matou gris et noir - se releva d'un bond, furieux il fit le gros dos et cracha. Puis il s'élança a nouveau, décidé à en découdre, la guérisseuse l'attendait la queue battante. Quand il voulut la mordre, elle esquiva lestement mais le matou grisâtre bondit aussitôt sur ses pattes, il enfonça ses croc dans la patte arrière de la  femelle, qui poussa un cri douleur. Écumante  de rage la jeune chatte se retourna et le mordit jusqu'au sang. Elle ne le relâcha que lorsqu'il se mit à couiner comme un chaton. Une fois qu'elle l'eu lâché l'inconnu lui donna un dernier coup de griffes avant de s'enfuir la queue entre les pattes. Fleur de Cerisier s'assit hors d'haleine. L'inconnu bien que chat domestique se battait férocement. Il aurait fait un bon combattant, pensa la guérisseuse. Elle avait des marques de griffures sur tout le corps et sa patte arrière saignait abondamment. Quand elle eu finit de lécher sa patte pour qu'elle cesse un peu de saigner, elle se dirigea vers les plants de soucis, où elle préleva quelque feuilles qu'elle mâcha avant d’appliquer la pulpe sur la plaie. Après s'être reposée un moment Fleur de Cerisier décida de rentrer au camp. Elle se dirigea vers un petit sentier menant à un petit pont qui permettait aux chats de venir dans cette partie de la forêt. Une fois engagé sur le sentier de terre, elle huma l'air, pour s'assurer que c'était sans danger. Une odeur horrible lui parvient, elle se raidi lorsqu'elle reconnut celle d'un monstre. Elle tressaillit en voyant l'énorme chose foncer sur elle, à l'intérieur un Sans-Queue hurlait.

     

    Terrifiée, elle se mit a courir aussi vite que sa patte blessait lui permettait. Derrière elle le monstre la suivait de près. Elle continua à courir, le monstre toujours a ses trousse, gagnait du terrain. Affolée elle bondit dans un champ en  continuant de foncer a toute vitesse. Quand le monstre la suivit elle accéléra encore. Au bout d'un moment elle sortie du champ, la créature rugissant encore derrière elle. La guérisseuse sauta alors à travers des vignes qui se dressait devant elle, l’abominable machine renonça à la poursuivre, cependant Fleur de Cerisier continua sa course folle craignant qu'elle ne revienne. Une fois sortie des vignes elle se trouva sur un chemin de terre avec tout autour des nids de Sans-Queue. Les formes devinrent floues, le paysage bascula, épuisée elle s'écroula.

     

     

    Chapitre 2

     


    24 commentaires
  •  

    Chapitre 2

    La forêt...

    Le soleil était déjà haut dans le ciel quand Plume Dorée et la patrouille composé de Pelage de Cendre, Rêve Blanc et elle même rentrèrent au camp. En les apercevant Ciel Gris s'avança vers eux.

    << Alors? Aucun intrus? de manda-t-il.

    - Rien à signaler, répondit la guerrière dorée.

    - Bien. Je vais convoquer une assemblée de la tribu, Petit Lion, Petit Marron et Petite Feuille vont être fait apprentis >>, déclara son chef avant de s'éloigner.

    Rêve Blanc quand à lui alla poser sa proie sur le tas de gibier au milieu du camp.

    << Mais c'est génial, s'écria Pelage de Cendre. Ta première portée va être fait apprentis! >>

    Plume Dorée acquiesça, trop émue pour parler. A cet instant la voix de leur chef retentit.

    << Tribu de l'Eclair réunissait vous pour une assemblée >>

    De toute part surgissent des chats qui allèrent s'asseoir devant une petite surélévation de terrain, Pelage de Cendre alla les rejoindrent tandis que Plume Dorée fila à la pouponnière. Ses chatons l'attendaient.

    << Coucou! Alors qu'est ce qui va se passer? demanda Petite Feuille.

    - Il y a un problème?, renchérit Petit Marron. Vous avait été attaqués?

    - Mais non, les coupa leur mère. Venez vous verrez.

    - D’accord, s'écrièrent-il à l’unisson avant de la suivre, tout excités.

    Une fois sortie de la pouponnière, Plume dorée alla s'asseoir près de Pelage de Cendre, bientôt rejointe par Croc Fauve, le lieutenant de la tribu et aussi le compagnon de la jeune chatte dorée. Il lui donna un coup de langue affectueux sur le front tandis qu'elle enfouissait son  museau dans la fourrure du guerrier. Tout deux étaient très fier de leurs petits. A cet instant Ciel Gris reprit en invitant d'un signe de la queue les petits de Plume Doré et Croc Fauve à s’avancer.

    << Ces chatons ont atteint l'âge de huit lunes, déclara le meneur d'une voix forte. Ils sont désormais prêts à devenir apprentis. >>

    Il se tourna vers Petit Marron.

    << Par la Tribu des Cieux, Petit Marron, je te baptise Patte de Marron>> Il s'adressa ensuite à une reine rousse.

    << Lune de Feu, tu es une guerrière forte et courageuse; tu sera donc le mentor de Patte de Marron>> La guerrière  couleur flammes s'approcha de son élève qui la salua d'un petit signe de la tête respectueux avant de partir ensemble s'asseoir. Le chef se tourna alors vers Petite Feuille.

    << Par la Tribu des Cieux, Petite Feuille, à présent ton nom sera Patte de Feuille >> Il s'arrêta de parler un instant avant de balayer la foule d'un regard. Ses yeux se posèrent sur un chat blanc rayé.

    << Rêve Blanc sera le mentor de Patte de Feuille >>, reprit-il.

    Ciel Gris regarde Petit Lion, une lueur réconfortante dans le regard avant de déclarer.

    << Par la Tribu des Cieux, Petit Lion, tu te nommeras Patte de Lion. Pelage de Cendre sera ton mentor. >> Une fois que Patte de Lion et Pelage de Cendre furent assis aux côtés de la sœur et du frère de l'apprenti, la tribu se leva et alla féliciter les nouveaux apprentis et leur mentors sans oublier leur parents qui rayonnaient. Plume Dorée s'approcha de son amie.

    << Félicitation Pelage de Cendre.

    << Merci Plume Dorée >>

    Elle se tourna ensuite vers ses petits:

    << Bravo! Je suis fière de vous >>

     

    Cette nuit là, Plume Dorée eut du mal à dormir. Elle peinait a s'habituer au calme de la tanière des guerriers. Les petits couinements des chatons lui manquait, néanmoins elle pouvait a présent dormir près de son compagnon, Croc Fauve. Enivrée par son parfum, elle ferma les yeux et sombra dans un sommeil profond. Soudain, elle sentit l'air frais dans sa fourrure, stupéfaite, elle ouvrit les yeux. Devant elle s'étendait une vaste étendu d’herbe, Plume Dorée cligna des yeux, un chat roux flamboyant se tenait a côté d'elle. Un instant elle crut que c'était Patte de Lave, une apprentie de sa tribu mais elle se rendit compte de son erreur. La guerrière dorée avait entendu parler de ce chat. Il s'agissait de Ciel de Lave, l'ancien chef de sa tribu et le père de Patte de Lave.

    Voilà donc le père de Patte de lave, songea Plume Dorée. Elle l'observa un instant. C'est son portrait craché.

    << Plume Dorée un grand danger menace les tribus. Un chat extérieur à la forêt vous sauvera. Tu es l’élue, clama le mâle.

    - Comment pourrais- je être l'élu? Quel es ce grand danger? Que... >>

    Mais avant qu'elle ne puisse continuer, le paysage se mit à tourner, elle n'entendit plus qu'une voix qui disait :

    << Prend garde! >>

    Plume Dorée ouvrit les yeux, le cœur battant, dehors les premiers rayons de soleil perçaient les ombres de la nuit. La guerrière dorée se leva et s'étira avant de sortir de sa tanière. L'air encore frais de la nuit lui ébouriffa le pelage. Au milieu de la clairière, elle s'arrêta et ré&fléchie.

    Je ne peux pas être l'élu. J’appartiens à la forêt. Et quel est-ce danger? Ô Tribu des Cieux, pourquoi moi? 

    Perdue dans ces pensées, elle n'entendit pas son amie arrivait.

    << Du mal à dormir? fit-elle.

    Plume Dorée sursauta.

    << Heu, oui un peu. Et toi Pelage de Cendre que fait tu là si tôt? Ça te ressemble plus de paresser jusqu'à midi, lança-t-elle taquine.

    - Quoi! C'est plutôt toi qui est du genre à paresser, bon je dois prendre la tête de la patrouille de l'aube;

    - Et qui, penses-tu emmener?

    - Hé bien toi pour commencer ensuite Rêve Blanc et Poussière d'Etoile.

    - Ça marche, on y va dès que Rêve Blanc et poussière d'Etoile seront prêts.

    - Les voilà justement >>, dit Pelage de Cendre en montrant d'un signe de la queue, deux ombres qui, la queue entremêlée se dirigeaient vers les restes de gibier de la veille.

    << On devrait les imiter >>, proposa Plume Dorée. Son amie acquiesça avant de partir en direction d'un gros lapin. Elle se retourna et lança.

    << Alors, tu viens ou quoi?

    - J'arrive! >> dit son amie avant de s'élancer a la poursuite de la guerrière ardoise.

     

    << Tiens, mange, fit Pelage de Cendre en poussant une souris vers Plume Dorée.

    - Merci, mais je peux attraper moi même mon gibier >>, protesta sèchement la guerrière dorée avant de s'élancer dans les buissons à la recherche d'une proie.

    De retour de patrouille, la guerrière avait proposé à Patte de Lion d'aller explorer le territoire. Celui-ci avait accepté avec joie. Les voilas à présent près des Rochers Lumineux.

    << Eh! Attend-nous! fit Patte de Lion en faisant mine de s'élancer à sa poursuite.

    - Reste là, tu vas te perdre! lui ordonna son mentor.

    Quelques instants plus tard Plume Dorée revint, un lapin dans la gueule. Elle le posa aux pattes de son amie.

    << Allez! Partageons-le. Nous ramènerons la souris au camp, proposa-t-elle.

    - D'accord! firent ces deux compères en se jetant goulûment sur la proie. Une fois le lapin mangé, Pelage de Cendre déclara:

    << Allons-y. Nous longerons les rochers Lumineux avant de rentrer au camp. >>

    Les autres la suivirent sans protester, Patte de Lion prit la souris dans la gueule. Les Rochers Lumineux étaient  une multitude de pierres et de cavernes, bordant une rivière qui coulait autour d'une presqu'île où se tenait les Assemblées.

    << C'est bientôt la prochaine assemblée?, questionna Patte de Lion.

    - Oui elle se tient dans quatre aubes, lui expliqua son mentor.

    - Je pourrais venir,

    - Je ne pense pas. Ton baptême est trop récent. >>                                                    

    En voyant la mine triste de l'apprenti elle ajouta d'une voix ferme: << De toute façon c'est Ciel Gris qui décidera. >>

    Soudain, Plume Dorée s'arrêta, d'un petit signe de la queue elle commanda à ses camarades de faire de même.

    Elle avait senti l'odeur du sang.

     

     Chapitre 3

     


    12 commentaires
  • Chapitre 3

    Lilas

    Fleur de Cerisier ouvrit les yeux. A son grand étonnement elle ne se trouvait pas sur son petit nid d'herbe sèche dans la forêt mais sur un cousin moelleux. Elle regarda autour d'elle et vit avec horreur qu'elle se trouvait dans un nid de Sans-Queue. Comment suis-je arrivé ici?, se demanda la guérisseuse.                                                

    Puis la mémoire lui revient. Du coin de l'œil elle vit la silhouette d'un chat s'approcher.

    << Tu es enfin réveillée! Enchantée de faire ta connaissance. Je me nomme Lilas. Et toi comment t'appelle-tu? >> fit la chatte écaille en arrivant. Fleur de Cerisier cligna des yeux, se leva et s'étire. Lilas s'était assise et se léchait la patte, en attendant visiblement une réponse.

    << Enchantée. Je m'appelle Fleur de Cerisier, répondit la guérisseuse. Tu es une chatte domestique? Tu habite ici?

    -Fleur de Cerisier? C'est un drôle de nom. Un chat domestique? Qu'es ce que c'est. Oui j'habite ici.

    - Un chat domestique, c'est un chat qui comme toi habite avec les Sans-Queue, explique Fleur de Cerisier.

    - Les Sans-Queue?

    - Ces drôles de bêtes à la fourrure colorée.

    -Ah! Mes maîtres. Oui je vis avec eux.

    - Tu sais comment on sort de là alors?

    - Oui c'est facile, il suffit de passer par la chatière.

    La " chatière", qu'es ce que c'est?

    - Une sorte de porte minuscule, juste assez grande pour un chat. >> Comme Fleur de Cerisier semblait perplexe, elle ajouta:

    << Viens, je vais te montrer.

    - D'accord, j'arrive. >> fit la guérisseuse avant de la suivre clopint- clopant.

    << Ça ma l'air plutôt sérieux >> reprit Lilas en désignant de la queue la patte blessée de Fleur de Cerisier. Elle ajouta:

    << Voilà, c'est ça la chatière.

    - C'est ce truc là! s'exclama la chatte noir et blanche en tapotant du bout de la patte un objet blanc vitreux.

    - Exact, confirma la belle chatte écaille.

    - Et comment on sort?

    - Comme ça >> expliqua Lilas en bondissant à travers la chatière qui s'ouvrit et se referma aussitôt. Fleur de Cerisier voyait a peine sa nouvelle amie à travers la porte floue. Elle l'entendit crier:

    << Aller vient! Il te suffit de pousser et de passer a toute vitesse !

    - D'accord j'arrive. >> répondit la guérisseuse sans grand enthousiasme. Elle fléchie les pattes et poussa du museau la porte qui s'entrouvrit.

    Ça marche!, se réjouie la chatte. Elle força un peu et enjamba le bord. Sure d'elle, elle bondit. Un instant plus tard elle se trouva de l'autre côté mais sa queue, elle, resta coincée. Elle étouffa un cri de douleur. Lilas s'approcha de la chatière et avec une patte poussa le battant. Fleur de Cerisier dégagea sa queue à toute vitesse avant de se la lécher avec douceur.

    << Ça fait un mal de chien.

    - La prochaine fois replie ta queue sur le côté, lui conseilla Lilas.

    - D'accord, merci.

    - C'est un plaisir! Bon viens je vais te faire visiter.>>

    Fleur de Cerisier suivit son amie. Cette dernière contourna le nid, par une surface rocailleuse. Autour de la guérisseuse se trouvait d'étranges fleurs colorés avec une forte odeur qui lui fit plisser le museau et des objets de Sans-Queue.

    << D'où viens tu? demandas soudain Lilas. Tu ne ressemble pas aux chats que je connais.

    - Je viens de la forêt, là-bas., expliqua Fleur de Cerisier en désignant de la queue des arbres qui au loin semblait s'étendre à l'infini. Je suis la guérisseuse de la Tribu de l’Éclair.

    - Guérisseuse? Tribu de l’Éclair?

    - Il y a quatre tribus de chats qui se partagent la forêt. La Tribu de la Pluie, celle de Ténèbres, de la Lumière et ma tribu natale la Tribu de l’Eclair. Chaque tribu a un chef, un lieutenant qui prendras la place de chef à la mort de celui-ci, une guérisseuse qui soigne les malades et les blessés, des guerriers qui protège la tribu et la nourrissent avec l'aide des apprentis qu'ils entraînent, certaines guerrières deviennent des reines pour allaiter leurs petits, et les anciens.

    - Wow! Il y à tant de choses à retenir. Ça a l'air fabuleux.

    - Et ça l'ai, confirma la guérisseuse avant d'ajouter d'une voix presque inaudible. Que dirais tu de rentrer avec moi?

    - Moi? Rentrer avec toi! Aller vivre dans la forêt?

    - Heu… Oui.je comprend que tu ne veille pas... bredouilla la chatte blanche et noir, mal à l'aise.

    - Mais bien sur que j'accepte! Ici j'ai une vie facile c'est vrai mais ça manque trop d'aventure, de nature,…

    - C'est vrai ? Tu accepte? >>

    Au lieu de répondre la jeune chatte écaille fourra son museau dans la fourrure de son amie, ronronnant de joie. Le vent ébouriffait leur fourrure et malgré l'odeur nauséabonde des monstre et des Sans-Queue l'ont sentait que l'air était lourd et les nuages pleins de pluie.

     

    << Beurk! C'est affreux comment fait tu pour manger ça tout les jours? >> fit Fleur de Cerisier en grimaçant. 

    La veille les deux chattes avaient exploré les alentours. Fleur de Cerisier avait trouvé de nombreux moyens de quitter le nid de Sans-Queue. Mais Lilas avait déclaré sur un ton sans appel qu’il lui fallait du repos à cause de sa patte blessée. Celle-ci lui faisait souffrir et faute de remèdes elle ne pouvait se soulager. Ce matin là elle essayait de manger des croquettes, mais cela avait un goût tellement affreux. Comme elle avait envie d'une souris!

    << On si habitue, c'est tout,>> réplique Lilas d'un tond sec et froid avant de s'éloigner la queue haute. Fleur de Cerisier entendit la chatière claquer, son amie était sortie. Elle allait la rejoindre lorsque un Sans-Queue l'attrapa et la mis dans une boîte. Elle était prisonnière. Affolée elle cria mais seule la voix calme du Sans-Queue lui répondit.

    Fleur de Cerisier dormait quand un bruit la réveilla. Dehors le vent soufflait, la pluie tombait, une tempête avait éclatée. La jeune chatte posa le museau sur ses pattes. La veille le Sans-Queue l'avait amenée chez un autre Sans-Queue qui lui avait examinée la patte. C'était le guérisseur des Sans-Queue. Après plusieurs heures pénibles, le Sans-Queue l'avait ramené ici. Lilas l'avait accueillie avec joie, une souris devant elle. La chatte écaille lui avait offert et Fleur de Cerisier  l'avait dégustée avec soulagement. C'était bien meilleur que les petites boules sèches. La guérisseuse s'était ensuite pelotée sur le coussin, litière de fortune comparée à sa litière dans son antre, dans la forêt. Elle poussa un soupir, ses amis lui manquait, et que pouvait il faire sans guérisseuse? Elle n'avait pas d'apprentie et si une guerre éclatait...Elle secoua la tête, il ne fallait pas y penser. Qui pouvait-elle de toute façon? Elle espérait que aucun guerrier n'était blessait.

    Un bruit de pas vint troubler sa rêverie, Lilas approchait, sa fourrure trempée lui collait a la peau. Elle semait de petites gouttelettes sur son passage, joueuse, elle s'arrêta prêt de Fleur de Cerisier et s'ébroua l’aspergeant d'eau. La guérisseuse surprise fit un bond. Parfaitement réveillée, elle s'assit et entreprit a faire sa toilette.

    << Ne me dit pas que tu étais dehors par ce temps!, s'exclama-t-elle.

    - A ton avis! >>miaula Lilas en se jetant sur elle.

    Elles relouèrent au sol, d'un coup de reins Fleur de Cerisier se débarrassa de la chatte écaille, qui sa ramassa sur elle même et cracha, amusée. La guérisseuse adopta la même position avant de bondir. Elle était peut-être guérisseuse mais elle savait se battre! De plus sa patte allait beaucoup mieux grâce au guérisseur des Sans-Queue. Lilas l'attendait et roula sur le côté pour lui échapper. Mais Fleur de Cerisier se jeta sur elle et la plaqua au sol, l’empêchant de se relever. Lilas se débattit un peu avant de grogner:

    << Pousse toi tu m'écrase. Tu pèse des tonnes! >>

    La guérisseuse la relâcha et se lécha le poitrail.

    << Tu l'avais bien cherché. 

    - Bon d'accord, fit la chatte domestique. Vient j'ai laissé un lapin pour toi dehors. Il ne vaut mieux pas le rentrer ici sinon mes maîtres vont nous le prendre. 

    - J'arrive! >>

    Fleur de Cerisier abandonna sa toilette et suivit son amie. Que c'était bon de ne pas être seule, de plus Lilas semblait avoir le cœur et l'âme d'une guerrière.

    La guérisseuse sauta au sol. La tempête avait cessait dans la nuit. A présent elle et Lilas regagnait la forêt. La chatte domestique semblait un peu triste de quitter son foyer, mais l'envie de découvrir la forêt et les coutumes des Tribus était forte. Fleur de Cerisier savait que Lilas s'adapterais parfaitement a la vie de la tribu mais la tribu l'accepterais-t-elle? Elle ne savait pas mais elle voulait y croire. Les vignes se dressaient devant elles, Lilas se mit à courir, heureuse d'être libre, Fleur de Cerisier l'imita. Qu’il était bon de courir a nouveau dans la nature! Sa patte était guérie, le guérisseur des Sans-Queue n'avait pourtant pas utilisé de plantes mais elle avait guéri. Une fois les vignes traversaient elles débouchèrent sur un sentier de terre, de l'autre côté un champ se dressait devant les deux chattes. Elles s'engagèrent sur un sentier qui menait vers le fleuve. Lilas venait souvent par ici. Soudain, les étranges plantes du champ frémirent et un matou gris et noir apparut, la fourrure hérissait, les babines retroussées, il été prêt a en découdre. Fleur de Cerisier reconnut le chat qui l'avait attaqué, elle se planta devant lui, prête a lui faire payer leur dernière rencontre. Lilas elle ne bougeait pas, elle cligna des yeux avant de s'avancer vers le matou gris et noir.

    << Racaille? >> Elle le dévisagea. << Ça fait un moment que je ne t'ai pas vu, mon frère. >> Elle fourra son museau dans sa fourrure.

    Fleur de Cerisier resta interdite. Son frère? Lilas avait un frère! Et ce matou l'avait attaqué! Ledit Racaille lécha l'oreille à sa sœur avant de se tourner vers la guérisseuse.

    << C'est toi qui à pénétré sur mon territoire l'autre jour? Tu connais ma soeur ? >>

    Lilas s'interposa.

    << Vous vous connaissait? C'est toi qui l'a attaqué? >>

    Racaille acquiesça, il s'approcha de Fleur de Cerisier.

    << Je suis désolé pour l'autre fois. Je n'ai fait que défendre mon territoire.je ne savais pas que tu connaissait Lilas. dit-il d'un ton sincère.

    - Ce n'est rien.je ne connaissait pas encore Lilas. >> Elle se tourna vers la chatte écaille: << Nous devons y aller si nous voulons être au camp avant la tombée de la nuit. Elle s'inclina devant le matou. << A bientôt, peut-être. >>

    Elles commencèrent à s'éloigner. Racaille les rattrapa.

    << Où allez vous? Qu'es ce que c'est que cette histoire de camp? >>

    Forcée de s'arrêter les deux chattes firent demi-tour. Tandis que Lilas expliquait tout à son frère, Fleur de Cerisier se lécha le poitrail. Elles devaient y aller. Le soleil était déjà presque a son zénith et le camp n'était pas tout près, il était en plus dangereux de traverser le fleuve quand il faisait sombre. Une fois le récit de Lilas terminé, Racaille annonça:

    << Mais je ne te verrais plus!

    - Mais si! Je viendrais te voir, répondit sa sœur d'une voix douce. Nous devons partir à bientôt mon frère.

    - Attend! Je viens avec vous. Pas au camp mais je veux vous accompagner jusqu'à votre territoire. >>

    Fleur de Cerisier soupira. Bien qu'il était bon combattant, il pourrait leur créé des problèmes. Mais il serait utile en cas d'affrontement et puis il ne renoncerait pas.

    << Bon d'accord. En route. >>

    Ils cheminèrent à travers les bois, aucun monstre ne vient troubler leur chemin et Lilas attrapa un lapin qu'ils partagèrent. Plus tard se fut Fleur de Cerisier qui trouva une souris et l'abattu avant de la prendre avec elle, pour plus tard. Enfin ils arrivèrent à un arbre mort qui traversait le fleuve sur presque toute sa longueur, et au bout des rochers permettait de gagner la rive opposée. Cependant la tempête avait un peu délogé l'arbre l'éloignant un peu des rochers. Au loin le bruissement d'une cascade venait troubler le silence. La guérisseuse s'adressa à Racaille.

    << Nous te remercions de nous avoir accompagnées. Nous irons seules désormais. Prend cette souris en guise d’au revoir. >>

    Elle poussa sa proie vers le matou qui l'attrapa et s'inclina. Il s'adressa a sa sœur malgré le fait qu'il avait la souris dans la gueule.

    << A bientôt ma sœur. Tu me raconteras ta nouvelle vie. >>

    Et il parti, trottinant a travers les fougères séchées par la chaleur de la saison chaude. Fleur de Cerisier soupira a nouveau. Elle s'était attachée au félin gris et noir. Elle se secoua comme si elle venait de sortir de l'eau et se tourna vers l'arbre-pont. Et si engagea, enfonçant ses griffes dans l'écorce lisse du chêne. Lilas la suivit l'air sombre. Elle parvint au bout. Les rochers lui semblaient loin. Elle pris son élan et sauta, ses pattes avant touchèrent le roc lisse mais son arrière train plongeant dans l'eau, elle essaya de remonter mais elle glissa un peu plus. Le courant l'emporta. Sans réfléchir Lilas sauta à l'eau. Elle battit des pattes autant qu'elle put. Le courant l'entraîna au fond. L'air lui manquait. Elle parvint à ouvrir les yeux. C'était étrangement silencieux. Soudain elle revint a la surface. Elle avait de l'eau dans les oreilles et les yeux. Plissant les yeux elle aperçut Fleur de Cerisier qui se débattait non loin. Elle fut de nouveaux attirée sous la surface. Quand elle revint à l'air libre Fleur de Cerisier avait disparut. Un bruissement retentit. Un monstre? Non! la cascade. Soudain, Fleur de Cerisier réapparut, Lilas nagea tant bien que mal vers elle, elle s'agrippa a une branche avec ses pattes avant et voulut attraper la guérisseuse agrippée non loin de là a une  branche d'un arbre mort tombée dans l'eau grâce a ses crocs. Mais le courant l'emporta a nouveau. Rapide comme l’éclair Lilas saisit la queue de son amie entre ses crocs. Mais celle-ci fila et Fleur de Cerisier fut emportée vers les chutes. Lilas lâcha sa branche et voulut rattraper son amie qui disparut subitement, un cri terrifiée sortit de sa gueule. Elle venait de tomber dans la cascade! Lilas comprit alors qu'elle aussi allait tomber. Elle voulut regagner la rive mais elle fut de nouveaux entraînée sous la surface l'eau. De l'eau s’infiltra dans sa gueule et elle tomba. Tantôt hors de l'eau, tantôt dessous, la chute fut terrible. Elle n'était pas sur d'y survivre.                         Un << plouf >>accueillie son arrivait en bas de la cascade. L'eau il était agitée, sonnée la chatte n'avait même pas la force de remuer les pattes. L'air manquait, elle fut attirée sous l'eau. Tout était-il perdu? Elle s'évanouie.

     

     Chapitre 4


    8 commentaires
  •  Chapitre 4

    Petit Lion

    Le nez au vent, Plume Dorée ordonna a ses camarades de la suivre. L'odeur du sang flottait dans l'air, une odeur vague, dissoute. Elle fila entre les rochers, son fils et son amie derrière elle. Le chant sinistre d'un corbeau s'éleva. Arrivé à une petite clairière miniature, entourés de rocs, elle fit halte. Une flaque de sang, éché, venait rougir l'herbe, juste devant une caverne. Elle s'en approcha prudemment. Plume Dorée renifla, elle voulait savoir a qui était tous ce sang mais elle n'en senti que la puanteur et une odeur féline. Pas de doute c'était un chat qui avait perdu ce sang. Mais comment? D'un signe de la queue elle indiqua a ses camarades que c'était sans danger. Ils s'approchèrent.

    << A qui c'est? Tu crois qu'il est mort? >>fit Patte de Lion, troublé.                                

    Sa mère le dévisagea, l'air sombre, elle lui répondit.

    << Je n'en sais rien. L'odeur de sang brouille toutes les autres. Mais c'est bien du sang de chat. >>

    Pelage de Cendre, elle, était occupée a suivre la piste. Elle espérait sans doute trouver l'odeur du malheureux ou celle de son agresseur. Elle s'arrêta devant la caverne.

    << Je n'arrive pas à déterminer qui à perdu ce sang. Mais son agresseur, lui, est belle et bien parti par là. fit-elle dans un murmure.

    - Tu es sure? lui demanda son amie.

    -Certaine. >>

    Patte de Lion bondit alors en avant. Il se dirigea vers la caverne en courant.

    << Je vais voir qui à fait ça et lui faire payer! >> cria-t-il.

    Sa mère la rattrapa aussitôt, elle le plaqua au sol.

    << Tu est fou, cracha-t-elle. Tu veux te faire tuer toi aussi? Celui qui à perdu ce sans l'ai sans doute !>> Elle le relâcha, bredouille l'apprenti gratta la terre avant sa patte avant.

    << Désolé je ne savais pas. Mais je veux savoir qui a fait cela a un des nôtres. Même si ce n'est probablement pas un de nôtre tribu, il s'agit d'un chat. Et je ne pense pas que un autre chat puisse faire autant de mal. >>

    Plume Dorée s'approcha de lui, d'un coup de langue sur le museau, elle souffla:

    << Ce n'est rien. J'ai eu peur pour toi. >> Elle huma l'air. << Mais tu as raison celui qui as perdu ce sang n'ai sans doute pas de la Tribu de l’Éclair.>> Elle se tourne vers la guerrière ardoise. << Qu'en penses-tu Pelage de Cendre? >> 

    Son amie s'approcha, l'air soucieux. Sa queue tremblait un peu, ses oreilles frémissait a l'affût du moindre bruit suspect. Mais seul le chant sinistre du corbeau venait troubler le silence. Elle finis par répondre:

    << Patte de Lion a raison, ce sang n'est pas des nôtres. Aucun de nos camarades n'a disparu et ce sang n'est pas récent. >> Elle leur fit signe qu'il fallait rentrer.             << Venez. >> dit-elle en s'engagea dans les bois, en direction du camp. Plume Dorée la suivit sans hésiter, partageant son avis. Patte de Lion lui resta un instant, puis le novice grimpa sur un rocher et récupéra la souris qu'il y avait laisser. On ne va quand même pas la laisser au prédateur. 

     

    << Très bien, je vais envoyer une patrouille fouiller les alentours. Mais je crains le pire >>, fit Ciel Gris.

    Plume Dorée s'inclina puis partie vers le tas de gibier où Patte de Lion avait déposé sa souris en rentrant, Pelage de Cendre sur les talons. Une fois de retour des Rochers Lumineux, la patrouille de chasse avait était trouver Ciel Gris pour lui annoncer la nouvelle. Maintenant la guerrière dorée attendait que Ciel Gris convoque une assemblée de la tribu, pour lui annoncer la néfaste nouvelle. Elle mordilla un étourneau. Le tas de gibier était bien garni en cette saison chaude. Malgré la chaleur, les proies était abondantes, tant que l'ont restait près des ruisseaux. Elle soupira,il lui tardait de savoir ses ces autres enfants s'en était bien sorti pour leur première journée. L'appel de Ciel Gris retentit, elle se nettoya rapidement le museau avec sa patte et courut rejoindre Pelage de Cendre, qui était en grande discussion avec Lune de Feu, la sœur de Plume Dorée. La guerrière ardoise s'installa près de la chatte rousse, bientôt rejoins par Rêve Blanc et Poussière d'Étoile qui s'éloignèrent aussitôt. Plume Dorée s'approcha.

    << Bonjour, Lune de Feu, fit-elle en s'installant. Comment c'est passé la première journée de mon fils?

    - Très bien il apprend vite. Il à même attrapé un jeune campagnol. Ce sera un grand chasseur. >>

    La chatte dorée ronronna de joie. Elle lécha le front de sa sœur. La voix de Ciel Gris retentit.

    << Tribu de l'Éclair, j'ai une terrible nouvelle. Plume Dorée, Pelage de Cendre et Patte de Lion sont parti explorer le territoire. Près des Rochers Lumineux, ils ont senti l'odeur du sang. C'était du sang de chat. Il vient certainement d'une autre tribu au d'un chat errant mais prenez garde, un prédateur rôde sans doute. >>

    Des voix anxieuse s'élevèrent de l'assistance. Qui était donc ce prédateur? Le chat qui avait perdu ce sang était-il mort? Tant de questions sans réponses. Une voix plus forte cria alors.

    << C'est sans doute un blaireau ou un renard. Il ne faut pas s’inquiète pour si peu, tant que nous faisons attention il ne nous arrivera rien. Ce n'est pas la première fois que ça arrive. Comment cela se fait-il que les chasseurs n'ont pas discerné l'odeur du prédateur, un blaireau et un renard ça laisse leur sale odeur partout. >>

    Plume Dorée repéra le gêneur. C'était Bec Pointu, un râleur, la matou brun et gris se tenait à côté de Aile de Chouette, une reine qui avait partagé la pouponnière avec Plume Dorée, ses chatons eux n'allait pas tarder a devenir apprentis, ils avait une lune de moins que Patte de Lion, Patte de Marron et Patte de Feuille.

    << Tes intentions sont bonnes Bec Pointu, mais si c'était un blaireau ou un renard, la patrouille aurait décelé leur puanteur or ce n'est pas le cas. Nous pouvons donc en déduire que c'est un autre prédateur. déclara le meneur, d'une vois ferme. Il était calme, les yeux rivés sur les fins nuages qui défilaient au loin. Bec Pointu grommela quelque chose à sa compagne, mécontent. Ciel Gris reprit:

    << Une patrouille ira fouiller les Rochers Lumineux. Se sera Poil Roux, Queue Noire et Perle d'Ambre, prenez deux apprentis avec vous. Essayer de retrouver le malheureux et de localiser le prédateur. Soyez extrêmement prudent. Ne tentez rien de dangereux et revenaient si les choses se corse. Partez dès que vous aurez mangé. >> Le chef mis fit a l'assemblée d'un mouvement de la queue. Plume Dorée se dirigea vers la tanière des apprentis, elle voulait savoir comment Patte de Feuille s'était débrouillée. En entrant elle failli percuter Patte de Mousse et Patte de Terre, sans doute les apprentis choisi par la patrouille d'exploration. Frère et sœur cheminait côte à côte jusqu'au tas de gibier au ils y prélevèrent un mulot et un écureuil. Elle entra Patte de Feuille faisait sa toilette tandis que Patte de Lion et Patte de Marron décrivait leur journée en soulignant leur paroles de coup de patte. La chatte s'approcha de sa fille en évitant au passage Patte de Lion qui sautait sur son frère. Elle se coucha près d'elle. Par l'ouverture elle aperçu Patte de Lave et son rêve lui revint. Elle frissonna, quelle était ce danger? Était ce le prédateur qui avait attaqué le chat inconnu dont ils avaient retrouvé le sang? Dans ce cas Poil Roux et sa patrouille était en danger. Elle fut tirée de sa rêverie par un cri. Patte de Lion venait d'envoyer Patte de Marron rouler au fond de la tanière, écrasant la litière de Patte de Lave. Avec un << désolé >>, Patte de Lion aida Patte de Marron à remettre en place la litière de leur camarade. Plume Dorée se pencha vers sa fille.

    << Comment c'est passer ta journée? 

    - Très bien. Rêve Blanc à dit que j’étais douée. >> Elle ronronna de plaisir. << J'ai même failli attraper un merle. Mais Patte de Marron est passé par là et il c'est   envolé. 

    - Je suis sur que tu as été parfaite. >> Elle lui donna un bon coup de langue. << Je dois y aller à bientôt. >> 

    Elle ressortit de la tanière des apprentis. Dehors le soleil commençait doucement a descendre dans la ciel. Les bruits du vent dans les feuilles, le chant des oiseau,...Tout semblait si calme, si paisible, soudain, un cri retentit.

    << Fleur de Cerisier à disparue! >>

     

    << Quel temps, >> bougonna Pelage de Cendre. Elle était coucher, dans la tanière des guerriers, blotti contre Plume Dorée. La plupart des guerriers était là. Dehors sa tempête faisait rage. Voilà deux jours que Fleur de Cerisier avait disparue. Sans guérisseuse, la tribu était vulnérable et demain c'était l'Assemblée. Si un affrontement se déclenchait, les pertes serai lourdes pour la Tribu de l’Éclair. Il n'y avait eu aucune trace du prédateur. Et Fleur de Cerisier était aussi introuvable, malgré les nombreuse patrouille de recherche, personnes n'avait vu le bout de son museau. Était ce possible que les deux affaires soit liées? L'étrange prédateur avait-il tué Fleur de Cerisier? Dans un soupir Plume Dorée posa sa tête sur son museau. Elle se laissa vaincre par le sommeil.

    Elle entendit une voix. Plume Dorée ouvrit les yeux mais seul les ténèbres l’accueillir. Elle ne parvint pas tout de suite à comprendre les paroles puis tout devint claire.

    << A l'aube le danger s'éveillera, les Rochers Lumineux s'assombriront au soleil couchant. Dans l'ombre le mal sévira. Et le sang coulera dans la rivière. Mais espoir il y a. Un chat étranger a la forêt sauvera les Tribus >>

    La voix venait de plusieurs endroits, les paroles résonnèrent comme dans une caverne. Soudain Plume Dorée vit la silhouette d'un chat roux tigré. Ciel de Lave! Mais il disparu aussitôt. L'air tourbillonna. Un grondement retendit. Plume dorée se réveilla. Le souffle court, le cœur battant, elle entreprit à se débarrasser de l'herbe sur sa fourrure. Son rêve était si réel, si vrai. Elle soupira. Comment pouvais-t-elle sauver la forêt? Le danger était-il le prédateur? Celui qui avait enlevé Fleur de Cerisier?

     

    << Hé! Fait attention! >> Patte de Feuille repoussa sur frère qui c'était jeté sur elle, l'écrasant à demi. Patte de Lion se ramassa sur lui même, prêt à bondir. La voix de Rêve Blanc retentit alors. Patte de Feuille fila. Plume Dorée observait la scène avec amusement. Patte de Lion était très joueur. Il se tourna vers sa mère.

    << Tu viens chasser avec moi? >>

    -Non, mon petit. C'est Pelage de Cendre ton mentor et puis je dois aller aider Perle de Lune a surveiller les petits de Aile de Chouette tandis qu'elle va chasser.

    - Mais je voulais y aller avec toi, la supplia le chaton. >> 

    Plume Dorée se lécha la patte et se la passa derrière l'oreille avant de répondre.

    << File. Pelage de Cendre doit t’attendre. >> Elle ajouta quand le chaton fit mine de protester.        << Un guerrier ne se plains pas. >>

    Penaud le petit fila, sans demander son reste. Le chatte soupira. Patte de Lion devait comprendre que maintenant il n'allait plus passer beaucoup de temps avec elle. Pelage de Cendre, elle, avait un apprenti, alors que Plume Dorée, elle, n'en avait pas. Pourtant elle avait été faite guerrière le même jour. Pourquoi est es ce si long? Peut être aurait elle un des petits de Aile de Chouette. Petite Corneille semblait débordante d'énergie, avec sa langue bien pendue elle ferais une bonne élève. Mais Petit Rapace était un chaton appliqué dans ce qu'il faisait, il ferait un élève sérieux. Un cri la tira de ses pensées, PErle de Lune l’appelait. Elle se dirigea vers la pouponnière, curieuse de connaître les chatons dont un  serais sans doute son apprenti.

     

    Chapitre 5 


    9 commentaires
  •  Chapitre 5

    Oscar

     Lilas ouvrit les yeux. Elle sursaute en entendant l'eau près d'elle. Où était-elle? Pourquoi ne se trouvait-elle pas dans son panier chez ses maîtres. Puis elle se souvient. Elle frémit en se rappelant la façon dont Fleur de Cerisier était tombée à l'eau, puis comment elle avait disparue, emportée par la cascade. Que lui était-il arrivé? Aller-t-elle bien? Elle l'espérait. Bien qu'elles se soient rencontrées il y a peu, elle tenait beaucoup a son amie. Elle regarda autour d'elle. Elle était dans une petite crevasse, devant elle un petit lac s'étendait. Nul trace des chutes qui avait failli lui coûter la vie. Surprise elle tendit l'oreille. Le chant des oiseaux lui parvint, la musique du vent dans les bruyères, c'était merveilleux. Elle huma l'air. Aucune trace de son amie. Puis une odeur inconnu lui arriva. C'était un mâle. Elle se releva sur la défensive. Un matou brun et blanc se tenait droit a une longueur de queue d’elle. Nullement impressionné par agressivité de la chatte écaille, il s'assit et se nettoya le museau.

    << Tu es debout. Tant mieux. >>, miaula-t-il.

    Perplexe la chatte s’assied, elle inclina la tête sur le côté.

    << Je t'ai trouvé flottant au milieu des chutes. expliqua le mâle. Je t'ai ensuite amenée ici, où je vis. >> il cessa de se lécher. << Comment t’appelles-tu? Moi c'est Oscar.

    - Je me nomme Lilas.

    - Bien. Et que faisait tu dans l'eau? Tu cherchait des poissons?

    - Non, j'ai sauté a l'eau car mon amie y était tombée.>> Une expression paniquée s'installa sur son visage. <<Tu l'a vue? 

    - Qui ça? Ton amie? Non il n'y avait personnes d'autre que toi là-bas. >>

    Dépitée, Lilas se recoucha. Elle avait peur. Peur pour son amie. Son ventre gargouillait comme un crapeau amoureux. Oscar du le sentir car il s'éloigna. Trop épuisée pour le rappelait elle ne broncha pas. Elle entendit un << plouf >> et se fut le silence. Craintive, elle s'approcha du bord du bassin là où Oscar avait disparu. A l'autre bout du lagon une paroi rocheuse cachait l’eau. Inquiète, elle attendit. Soudain, le matou réapparut, nageant vers elle, un énorme poisson dans la gueule. Lilas fut stupéfaite. Le matou brun et blanc se hissa sur la rive, aux côté de la chatte. Il déposa son poisson par terre et s'ébroua.

    << Tu en veux? C'est pour toi. >>

    Émue, Lilas ne répondit pas et s'attaqua au poisson. Ses maîtres lui en avait déjà donné mais celui-ci était différent. D'abord méfiante elle se détendit en goûtant la chair savoureuse.

     

    << Regarde c'est facile,>> miaula Oscar en tendant une patte au dessus de l'eau et de frapper. Un poisson en surgit. Il retomba sur la rive, Oscar se précipita pour l'empêcher de retourner dans l'eau. Lilas le regarda faire. Voilà deux jours qu'elle était ici avec lui. Elle n'avait toujours aucun signe que Fleur de Cerisier était en vie. Elle ne savait que faire, bien qu'elle l'ai cherchée, elle restait introuvable. Ne sachant pas où allait elle était restée avec Oscar. Ce dernier lui avait expliqué comment nager mais elle n'avait pas encore essayée, elle avait un peu peur. Du coup en attendant qu'elle soit prête, il lui apprenait a pêcher.

    Oscar se tourna vers elle, le poisson, mort, dans la gueule. Il alla le déposer plus loin puis retourna se percher prêt de l'eau.

    << Essaie. dit-il à Lilas. 

    - D'accord. >>soupira la chatte avant de se poster près de lui, a l'affût. Un poisson passa, elle donna un coup dans l'eau. Le poisson sorti hors de l'eau et retomba sur la berge. Avant que Lilas puisse l'en empêcher il replongea dans l'eau.

    << Pas de chance >>,fit Oscar. Tu aura plus de chance la prochaine fois.

    La chatte écaille acquiesça et retourna auprès de l'eau.

     

    Oscar plongea, l'écume éclaboussa Lilas. Le chat brun et blanc tourné dans l'eau comme un poisson. La chatte prit son courage à deux pattes et sauta. Affolée elle remua les pattes. Oscar s'éloigna.

    << Pas comme ça! Calme-toi ! Garde tes pattes sous l'eau et remue-les doucement. Tu vas y arriver, protesta le matou. >>

    Facile à dire. Pensa la chatte écaille. Elle se calma et fit ce que son ami lui avez dit. Ça marche! Elle vit avec stupéfaction qu'elle flottait et avançait comme elle voulait, sans que l'eau ne touche son museau. C'est merveilleux.

    << C'est bien. Tu fait des progrès. Continue. >>

    Pourquoi tu me traite comme en chaton? J'y arrive ! Contrariée, elle sortie de l'eau. Oscar fit de même, il s'ébroua, l’aspergent de gouttelettes.

     

    Lilas était partie a la recherche de Fleur de Cerisier. Elle avancer sur un chemin de terre, des buissons le bordait. Son regard balayait les alentours. Le soleil était haut, sa fourrure chaude. Quelle chaleur! Ça change de la tempête. Elle cherchait depuis l'aube. Persuadée qu'elle ne la retrouvait pas aujourd'hui, elle se décida de rentrer. Son estomac réclamait a mangé. Elle fit demi-tour.

    Quelques instants plus tard, elle entendit une voix qui lui fit chaud au cœur.

    << Lilas? >>

    Tremblant de tous ces membres elle se retourna. La chatte blanche et noire, dont elle espérait rencontrer le chemin depuis plusieurs jours était là. Débordante de joie elle vient a sa rencontre.

    << Fleur de Cerisier! Tu m’as manquée. >> Elle fourra son museau dans sa douce fourrure. Qu'il était bon de sentir à nouveau son délicieux parfum. Ronronnant de bonheur, elle recula.

    << Tu es maigre. constata-t-elle, le regardant de la tête aux pattes.

    - Oui je n'ai pas trouvée beaucoup de gibier. >>

    La chatte écaille se tourna et commença à marcher.

    << Viens tu as besoin d'un bon repas. >>

    La guérisseuse la suivit, le pas lent.

     

    << Qui est ce? demanda Oscar. Ton amie? Fleur de quelque chose? >>

    Lilas avait conduit son amie à la grotte. Oscar l'y attendait. La nouvelle venue hocha la tête. Oscar la fixa, les yeux réduit en deux fentes. Au bout d'un moment il déclara.

    << Bon je vais chercher du poisson. >>

    Sur ces mots il sauta à l'eau sous les yeux ébahis de Fleur de Cerisier. Comme pétrifiée la chatte noire et blanche ne bougeait pas, ses yeux scrutaient Oscar qui avançait à la vitesse de l'éclair, traçant un sillon d'écume blanche derrière lui. Lilas lui souffla.

    << Hé! Reste pas la comme une pierre. >> voyant que son amie ne réagissait pas tellement elle était stupéfaite, elle sauta elle aussi. << Bon, je vais te laisser faire la statue et filez aider Oscar, nous aurons plus de poissons comme ça! >>

    Bouche bée la guérisseuse regarda son amie disparaître sous la roche, comme Oscar un instant plus tôt.

     

    << Tiens, régale toi! Tu en as bien besoin. >>, miaula Lilas en poussant vers Fleur de Cerisier un gros poisson. La guérisseuse était maigre, le pelage hirsute. Elle accepta le poisson d'un signe de tête. Entre deux bouchées elle demanda.

    << Alors comme ça, tu as été recueillie par Oscar. Merci d'avoir tentée de me sauver.

    - C'est bien cela. Et réfléchie dans ta petite tête pourquoi j'aurais sautée a l'eau sinon et comment j'aurais pu te laissez là? >>

    L'autre chatte gloussa. Qu'il était bon d'être à nouveau avec son amie.

    Une fois le repas finis, l'estomac plein, les deux femelles se levèrent. Il était temps de partir, de rejoindre le camp. Oscar se leva aussi. Il s'inclina.

    << Au revoir. Bonne chance Lilas, je sais que tu seras une grande guerrière. N'oublie pas ce que je t'ai appris, cela te servira. Fleur de Cerisier. J'aurais aimé plus te connaître. Je suis très heureux de vous avoir rencontrées. Que le bonheur vous accompagne. >>

    Émue, Lilas s'inclina et fit demi-tour. Fleur de Cerisier fit de même. Il était dur de quitter son ami. Oscar lui avait tant  appris. Sans lui elle serait sans doute morte. Pressé de partir avant de changer d'avis elle accéléra le pas. Fleur de Cerisier la dépassa et pris le chemin du camp. Les femelles coururent jusqu'à un petit bois, la forêt était proche. Fleur de Cerisier fit halte. Une odeur de souris flottait dans l'air. D'un bond, lle attrapa le rongeur et le tua.

    << Je n’ai pas vraiment faim >>

    Elle gloussa.

    << Et toi? >>

     Lilas fit non de la tête.        

    << Alors gardons le pour plus tard. >>

    Elles reprirent leur chemins. Lilas était émerveillée, des fougères, des ronces, des buissons, des chênaies, des arbres, partout. Jamais elle n'était partie aussi loin et vécu de telle aventures. Si c'est tous les jours comme ça je ne vais pas m'ennuyer. pensa-t-elle. Un arbre mort bloquait le sentier. Fleur de Cerisier le franchi d'un bond. Lilas pris son élan et sauta. Une fois l'obstacle sauté elle rattrapa son amie, un peu en avance. Le chemin fut long et Lilas était a court de souffle. Mais elles s'approchaient du camp, elle le savait, elle sentait l'odeur de nombreux chats, mâle et femelle, jeune et anciens,... Ainsi qu'une odeur de gibier. Elle accéléra le pas. Bientôt rejointe par Fleur de Cerisier. Une petite colline se dressait, elle la grimpa a toute allure. Pressée de découvrir son nouveau chez sois. En haut de la colline, elle vit une clairière au loin, dissimulée par des buissons. L'odeur de félins et de gibier se fit plus forte. Le camp! Le vent ébouriffa son pelage écaille. Fleur de Cerisier à côté d'elle dévala la pente. Elle la suivit et la dépassa. Elle voulait pénétrer en première dans la camp, sa nouvelle maison. Là-bas elle apprendrait a chasser, a se battre et elle saurait ce qu'être un chat veux dire. Adieu la vie monotone de chat domestique. Elle allait devenir un chat sauvage, une guerrière.

     

     Chapitre 6


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires